Plein écran
Henrikh Mkhitaryan © Action Images via Reuters

L'Azerbaïdjan assure que l'Arménien Mkhitaryan"peut jouer" la finale d’Europa League

MISE A JOURLe milieu de terrain arménien d’Arsenal, Henrikh Mkhitaryan, “peut jouer” en toute sécurité la finale de l’Europa League contre Chelsea le 29 mai à Bakou, a assuré mardi l’Azerbaïdjan, appelant son club à ne pas “mélanger le sport et la politique”.

“Malgré les relations compliquées entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie, Mkhitaryan peut jouer la finale”, a déclaré la porte-parole de la diplomatie azerbaïdjanaise, Leyla Abdullayeva, alors qu’Arsenal avait annoncé plus tôt que Mkhitaryan n’irait pas à Bakou, sur fond de craintes pour sa sécurité.

Le club d’Arsenal avait annoncé dans un communiqué plus tôt dans la journée: "Nous sommes très déçus de devoir annoncer que Henrikh Mkhitaryan ne fera pas partie du voyage (en Azerbaïdjan) pour disputer la finale de la Ligue Europa contre Chelsea”

Pas de déplacement en octobre dernier

Le 10 mai, le club anglais avait déjà fait paraitre un autre communiqué dans lequel il demandait "des garanties de la part de l'UEFA concernant la sécurité de Mkhitaryan" s'il devait se rendre à Bakou. "Nous sommes très inquiets du fait que la localisation de cette finale puisse empêcher Micki de jouer", avait alors déclaré Arsenal.

Un conflit a opposé l'Arménie et l'Azerbaïdjan durant les années 90 autour de l'enclave du Haut-Karabagh, faisant environ 30.000 morts. Un cessez-le-feu a été déclaré en 1994, mais depuis, les relations entre les deux pays demeurent tendues, avec de fréquents échanges de tirs à la frontière. 

En octobre dernier, Mkhitaryan n'avait déjà pas accompagné son club affronter en Azerbaïdjan Qarabag en C3. En 2015, il ne s'y était pas rendu non plus pour disputer un match d'Europa League opposant son précédent club, le Borussia Dortmund, au Galaba FK.

  1. Les Américaines favorisées? Nouvelle polémique arbitrage sur le Mondial féminin
    Play
    Mondial féminin

    Les Américai­nes favorisées? Nouvelle polémique arbitrage sur le Mondial féminin

    Le VAR ne fait décidément pas l’unanimité depuis le début de la Coupe du monde. Après les pénaltys retirés durant le premier tour, c’est encore une histoire de penaltys qui a animé le choc des huitièmes de finale entre l’Espagne et les Etats-Unis, lundi soir. Loin d’être ultra-dominatrices comme on aurait pu l’imaginer, les Américaines se sont qualifiées pour les quarts de finale grâce à deux penaltys et ça n’amuse pas les Espagnoles.