Eric Gerets, à l'époque où il entraînait Marseille
Plein écran
Eric Gerets, à l'époque où il entraînait Marseille © DR

Le jour où Éric Gerets a refusé le PSG par respect pour “ses” Marseillais

L'Équipe a consacré un dossier spécial au passage remarqué d’Éric Gerets à l’Olympique de Marseille. Le quotidien sportif dévoile notamment que l’entraîneur belge a refusé un poste au Paris Saint-Germain par respect pour “ses” Marseillais.

À Marseille, personne n’a oublié Éric Gerets. Le technicien belge a posé ses valises en Provence en 2007, pour y rester moins de deux ans et manquer de peu le titre de champion de France. Selon L’Equipe, qui réalise cette semaine des dossiers consacrés aux entraîneurs qui ont marqué Marseille, “il est devenu l’un des entraîneurs les plus aimés de l’histoire du club, sans forcer, par sa simplicité, son charisme et son goût des autres”.

“J’ai plus vibré avec Gerets que lors de la saison du titre de champion de France avec Deschamps”, témoigne un cadre des groupes de supporters. “Quand tu sens un coach déterminé comme lui, une force tranquille qui ne fanfaronne pas, et emporte l’adhésion de son équipe, ça suffit. Il était touchant, il avait de l’humour, avec son petit accent belge”, se souvient un autre.

Citation

J’ai la faiblesse de prétendre que j’y ai laissé le même impact que Raymond Goethals

Eric Gerets après son départ de l’OM

“Le mariage a été rapide, ça a matché directement avec le club, l’équipe, les supporters. Il est devenu emblématique pour plein de raisons. Sa compétence d’abord. Sa personnalité, son franc-parler, sa droiture, sa courtoisie, sa gentillesse ensuite. C’était un homme de parole, de consensus”, ajoute un ancien dirigeant.

Malgré cette histoire fusionnelle, Gerets se lasse au printemps 2009 d’attendre une proposition de prolongation de contrat et décide de s’engager avec Al-Hilal, en Arabie saoudite. “Émotionnellement, ce fut très dur. J’ai vu tellement de gens les larmes aux yeux. Je n’y ai peut-être pas fait oublier Raymond Goethals (l’entraîneur qui a mené l’OM au titre de champion d’Europe en 1993, ndlr), mais j’ai la faiblesse de prétendre que j’y ai laissé le même impact que lui”, dira-t-il à la presse belge.

Quatre ans plus tard, en 2013, le cheikh Tamim Ben Hamad Al Thani, propriétaire du PSG, a évoqué avec lui un poste lié au club de la capitale. Refus de l’intéressé, par respect pour “ses” Marseillais.