Plein écran
Gianni Infantino. © AFP

Le message fort du président de la FIFA: “Le racisme n'est plus acceptable”

Le racisme dans les stades "n'est plus acceptable", a affirmé lundi le président de la Fifa Gianni Infantino lors de la remise des trophées Fifa The Best à Milan.

"Je veux dire ça en Italie, dans mon pays. Hier (ndlr, dimanche) encore, nous avons assisté dans le championnat d'Italie à un épisode de racisme. Ce n'est plus acceptable", a déclaré Infantino. Le match Atalanta Bergame-Fiorentina, comptant pour la 4e journée de Serie A, a été interrompu quelques minutes dimanche après des cris racistes ayant visé Dalbert, latéral brésilien du club florentin.

L'ancien joueur de Nice s'en est plaint à l'arbitre du match, M. Orsato, qui a arrêté le jeu et demandé la diffusion d'un message par le speaker du stade. Ce message a été accueilli par des sifflets nourris. "On doit dire non au racisme, sous toutes ses formes, dans le foot et dans la société. Mais on doit aussi le combattre, l'expulser du foot et de la société une bonne fois pour toutes, en Italie et ailleurs", a déclaré Infantino lundi.

Lukaku (déjà) visé à plusieurs reprises 

Dès dimanche, le président de la Fifa avait eu des mots très durs à propos de la situation dans les stades italiens, estimant que celle-ci était "grave" et ne s'était "pas améliorée". "Le racisme se combat par l'éducation, en le condamnant, en en parlant. On ne peut pas accepter le racisme dans la société et dans le football", avait déclaré Infantino, invité sur la chaîne Rai2.

Depuis le début de saison, le Belge de l'Inter Milan Romelu Lukaku et l'Ivoirien de l'AC Milan Franck Kessié ont déjà été ciblés par des cris de singe, sans qu'aucune sanction n'ait été prise.

La saison dernière, ce sont Blaise Matuidi, Kalidou Koulibaly et Moïse Kean qui avaient été victimes de ce phénomène, récurrent depuis des années en Italie.

  1. Insatiable Lionel Messi: un nouveau triplé pour le Ballon d’Or
    Play

    Insatiable Lionel Messi: un nouveau triplé pour le Ballon d’Or

    Après des débuts hésitants en championnat, le Barça et le Real ont trouvé leur rythme de croisière. Quelques heures après la victoire du Real, le Barça a répondu en étrillant Majorque avec, une fois de plus, un immense Lionel Messi à la baguette. Auteur d’un triplé, cinq jours après avoir reçu le sixième Ballon d’Or de sa carrière, l’Argentin a tiré le Barça vers le haut. Les Blaugrana et les Merengue partagent donc toujours la tête de la Liga avec le même nombre de points.
  2. Les espoirs de titre s’envolent pour City et De Bruyne

    Les espoirs de titre s’envolent pour City et De Bruyne

    Les derniers espoirs de titre de Manchester City se sont-ils envolés, samedi soir, sur la pelouse de l’Ethiad Stadium? Alors que Liverpool a tranquillement disposé de Bournemouth, plus tôt dans la journée (0-3), Manchester City a encaissé un faux-pas supplémentaire dans le derby mancunien. Pas aidés par le VAR, les Citizens, trop rapidement été menés 0-2, ont réduit l’écart trop tard pour espérer revenir dans le match contre le rival, Manchester United (1-2). Alors qu’il reste encore 22 journées à jouer, Manchester City semble déjà écarté de la course au titre: les Citizens accusent un débours de 14 points sur les Reds et pourraient même se retrouver à six points de la deuxième place de Leicester, si Youri Tielemans et ses partenaires s’imposent à Aston Villa, dimanche après-midi.