Plein écran
Fortement amaigri, Paul Gascoigne tente de retrouver goût à la vie en se tenant éloigné des démons du passé. © photo_news

Le régime de Gascoigne: 4 bouteilles de whisky et 16 lignes de coke

Plein écran
Dans un livre intitulé "Glorious", Paul Gascoigne raconte tout ses déboires. © afp

Dans une interview accordée à ITV1, diffusée samedi dernier, Paul "Gazza" Gascoigne, l'ancien enfant terrible du football anglais, est revenu sur les années sombres traversées après avoir mis un terme à sa carrière de footballeur. Avec émotion, Gascoigne a révélé qu'il est resté des mois sans manger et sans boire d'eau, limitant son régime quotidien à quatre bouteilles de wiskhy et des lignes de cocaïne.

Ni manger, ni boire...de l'eau
"Je respire le football depuis que je suis né. Et puis quand le rideau est tombé, je me suis dit: 'M****, que faire maintenant?' ". Perdu, dépourvu de repères, l'ancien footballeur, aujourd'hui âgé de 44 ans, trouvera refuge dans l'alcool et la drogue. "Il m'est arrivé de m'enfiler quatre bouteilles de whisky par jour. Au moment les plus sombres de ma vie, je suis resté quatre mois sans manger et sans boire d'eau. Comment ai-je résisté? Grâce à la cocaïne. Il fut une période où je ne pouvais m'arrêter, où je sniffais jusqu'à seize lignes par jour. J'ai fini par me faire admettre dans un centre de désintoxication. Il m'a fallu trois semaines avant de pouvoir reboire de l'eau", a confié l'ancien joueur de Newcastle, Tottenham, la Lazio, les Rangers Glasgow et Everton.

Tentative de suicide
Une descente aux enfers que laissait présager une réputation de sorteur et de buveur alors qu'il était encore joueur professionnel. Il touchera le fond en mai 2008 où, deux mois après être sorti d'un hôpital psychiatrique, il tentera de mettre fin à ses jours, seul, dans l'une des chambres de l'hôtel Millenium de Londres. Une sérieuse alerte qu'il ne le calmera pas pour autant puisqu'en 2010, il sera condamné par un tribunal de Newcastle à huit semaines de prison avec sursis et une déchéance du permis de conduire de trois ans pour avoir pris le volant avec un taux d'alcool quatre fois supérieur à la limite autorisée.

Désormais "sous contrôle", comme il le dit lui-même, Gazza combat encore ses démons intérieurs en dépit de l'année d'abstinence qu'il vient de passer. "Cela fait quinze ans que je me détruis. J'étais persuadé que je pouvais gérer, mais je n'y suis pas arrivé. J'ai à chaque fois replongé. J'ai désormais appris à reprendre goût à la vie et à m'amuser, sans alcool. Je sais de toute façon que le risque de me retrouver entre quatre planches est réel. Et je ne le souhaite pas.  (LS)