Plein écran
© photo_news

Leander Dendoncker égratigne l'ancienne direction d'Anderlecht

Aujourd'hui brillant à Wolverhampton, en Premier League, Leander Dendoncker n'a visiblement pas oublié les nombreux rebondissements qui ont entouré son transfert et, notamment, la "saison de trop" qu'il a disputée avec le Sporting.

Citation

Ma dernière saison à Anderlecht était la plus mauvaise de ma carrière.

Plein écran
16 titularisations et deux buts sur les 17 derniers matchs de la saison: Leander Dendoncker a fait son trou dans l'entrejeu des Wolves. © reuters
Plein écran
© ap
Plein écran
© photo_news

Leander Dendoncker s'épanouit pleinement à Wolverhamtpon, en Angleterre. La Premier League était un rêve pour le jeune Diable Rouge et il le réalise. Mais il n'a pas oublié Anderlecht. "Malgré ce qui s'est passé la saison dernière, Anderlecht est et reste mon club", insiste-t-il dans un entretien accordé à De Zondag.

Et il assiste, de loin mais avec un œil attentif, à la saison cauchemardesque que connaissent les Mauves. "Ca me fait très mal et je ne l'avais absolument pas vu venir", explique l'ancien de la maison." Oui, la direction a changé beaucoup de choses et c'est toujours difficile, mais Anderlecht cinquième du championnat... Je pensais qu'on avait touché le fond avec cette troisième place l'an dernier, mais apparemment pas encore."

"Promesses non tenues"
Leander Dendoncker souffre donc pour Anderlecht cette saison, mais il n'oublie pas non plus qu'il a souffert au Sporting, la saison dernière. D'ailleurs, quand on lui demande d'évoquer les plus mauvais moments souvenirs de sa carrière sportive, c'est à Anderlecht qu'il repense. La faute... à l'ancienne direction du Sporting? "Je voulais partir durant l'été 2017 et la direction avait fait des promesses. Mais elles n'ont pas été tenues. Et des choses se sont aussi passées avec mon manager", regrette le médian des Wolves.

Mais l'ancien Mauve a appris à forger dans les moments difficiles des lendemains bien plus chantants. Et sa première saison anglaise est là pour en témoigner. "Sportivement, ma dernière saison à Anderlecht était la plus mauvaise de ma carrière. Mais j'ai appris des choses grâce à ça et je pense qu'au final, j'en retire du positif", conclut-il.

Une philosophie qui permet à Leander Dendoncker d'avancer et il le fait plutôt bien. Relégué sur le banc pendant toute la première moitié de saison, il s'est imposé en 2019 comme un élément incontournable dans le dispositif de Nuno Espirito Santo. Il a d'ailleurs débuté 16 des 17 dernières rencontres des Wolves en championnat avec deux buts en bonus, preuve que son avenir est tout tracé en Premier League...