Plein écran
Divock Origi, symbole d’une saison européenne riche en émotions pour les Diables Rouges. © Photo News

Les sept Diables Rouges qui ont illuminé une Ligue des Champions grand cru

VidéoDes scénarios invraisemblables, des retournements de situation, des remontadas et de belles surprises : le cru 2018-2019 de la Ligue des Champions restera dans les annales à plus d’un titre. Une édition également particulièrement marquée par les Diables Rouges. Jusqu’au bout, puisque c’est l’un d’entre eux eux qui aura inscrit le tout dernier but de cette saison mémorable. Voici nos sept coups de cœur diaboliques d’une campagne européenne qu’on n’est pas prêt d’oublier.

 Hans Vanaken et Bruges étrillent Monaco 

Bruges a fait le job en Ligue des Champions. Versés dans un groupe compliqué avec l’Atletico, le Borussia Dormtund et l’AS Monaco, les Blauw en Zwart ont tenu tête à tous leurs adversaires et ils ont réussi à prendre la troisième place du groupe, synonyme de qualifications pour les seizièmes de finale de l’Europa League. Mais un match restera dans les esprits des supporters brugeois. La leçon donnée à l’AS Monaco, au Stade Louis II (0-4). Avec un Diable Rouge aux premières loges : Hans Vanaken, qui en un peu plus d’un quart d’heure avait plié la rencontre.

Dries Mertens dans l’histoire 

Dries Mertens et le Napoli avaient, eux, hérité d’un groupe encore plus relevé, avec le PSG et Liverpool comme principaux adversaires. Et si les Napolitains y ont cru jusqu’au bout, c’est en grande partie grâce à Dries Mertens. Le 28 novembre, sur la pelouse de l’Etoile Rouge de Belgrade, le Diable Rouge est entré dans l’histoire du football belge. Auteur d’un doublé, il est devenu le meilleur buteur belge de l’histoire de la C1 (dix buts) et permet au Napoli de conserver ses chances de qualifications. Mais le Napoli est tombé, deux semaines plus tard, sur la pelouse de Liverpool et Dries Mertens n’a donc pas vu les huitièmes de finale, mais ça ne l’a pas empêché de continuer à se rapprocher des Partenopei les plus légendaires. Avec 109 buts pour le Napoli à l’issue de la saison, il n’est plus qu’à six longueurs de Diego Maradona et à 12 de Marek Hamsik, meilleur buteur de l’histoire du club. Son défi pour la saison prochaine est tout trouvé. Et il devra aussi alimenter les marquoirs en Ligue des Champions, s’il ne veut pas voir Eden Hazard (huit buts) le dépasser. 

Le récital de Vertonghen contre Dortmund 

L’Ajax qui s’offre le Real à Bernabeu, la Juventus qui renverse l’Atletico grâce à un triplé de Ronaldo : dès les huitièmes de finale, on avait senti que cette Ligue des Champions ne serait pas comme les autres. Et c’est aussi à ce stade de la compétition que Jan Vertonghen a commencé à se faire une place dans l’effectif de la saison européenne. Placé sur le flanc gauche, comme c’est rarement le cas, contre le Borussia Dortmund, le plus capé des Diables Rouges a livré une prestation cinq étoiles. Un but et un assist qui lui ont permis de devenir le premier Belge à endosser le costume de joueur de la semaine en Ligue des Champions. 

Jason Denayer met Suarez et Messi sous l’éteignoir 

Sorti des poules après avoir, notamment, scalpé Manchester City, l’Olympique Lyonnais n’a pas été verni par le tirage : c’est le grand Barça qui s’est présenté sur sa route au tour suivant. Et pourtant les Lyonnais ont résisté aux Blaugrana. A l’aller, Lionel Messi et Luis Suarez n’ont jamais trouvé la faille au cœur d’une défense lyonnaise guidée par un... Jason Denayer en état de grâce. Surnommé le ‘Monsieur Propre de Lyon ‘ par France Football, le Belge a jeté, contre le Barça, les bases de son retour en équipe nationale.

Plein écran
© AFP

Lukaku fait tomber le PSG 

Autre huitième de finale et autre Diable Rouge en évidence. Pourtant critiqué comme jamais au moment de fouler la pelouse du Parc des Princes, c’est bien Romelu Lukaku qui a été le héros de l’improbable ‘remontada’ de Manchester United contre le PSG. Un doublé inscrit en première période, avant que Markus Rashford ne termine le travail sur penalty en fin de rencontre, probablement le dernier grand moment de Lukaku avec les Red Devils.

 Le légendaire City-Tottenham de Kevin De Bruyne 

Aux côtés de Vertonghen, un autre Diable Rouge figure parmi les 20 joueurs retenus par un panel d’experts dans l’équipe de la saison en Ligue des Champions : c’est Kevin De Bruyne. Souvent blessé depuis le Mondial, KDB n’a participé qu’à quatre rencontres en Ligue des Champions. Un total de 248 minutes de jeu qui n’a pas empêché le Diable Rouge de déliver quatre assists. Dont trois dans le match le plus fou de la saison. Un City-Tottenham au cours duquel, le rouquin mancunien a brillé comme jamais sur la scène européenne, mais sa performance XXL n’a pas suffi à Manchester City qui a, ce soir-là, rangé aux vestiaires ses ambitions de quadruplé.

Divock Origi, ce héros 

C’est évidemment par Divock Origi qu’on termine ce tour d’horizon des Diables Rouges qui ont marqué la saison en C1. 98 minutes! C’est le temps de jeu qu’avait accumulé Divock Origi avant de profiter des absences de Firmino et Salah pour débuter contre le Barça. Et c’est lui, secondé par Georginio Wijnaldum, qui a offert à Liverpool sa ‘redsmontada’. Mais le Diable Rouge ne s’est pas arrêté-là. En finale, il a encore frappé. En délivrant définitivement les Reds en toute fin de rencontre. Il devient le deuxième Diable Rouge buteur en finale de Ligue des Champions, trois ans après Yannick Carrasco, mais il conforte surtout statut de super-héros d’Anfield Road, au terme d’une saison atypique, mais magique, à titre personnel.