Vincent Kompany et ses joueurs
Plein écran
Vincent Kompany et ses joueurs © Photo News

Maux de tête en perspective: comment la Conference League rend le puzzle du foot européen encore plus compliqué

“Ce que je sais de la Conférence League? Autant que les autres entraîneurs en Europe: rien.” Vincent Kompany l’a dit dimanche en plaisantant, mais il n’a pas tort: la création d’une troisième coupe européenne rend le puzzle du football européen encore plus compliqué. En juin, juillet et août, un total de 320 clubs issus des 55 États membres de l’UEFA entameront un parcours sinueux qui les mènera à la phase de groupes de la Ligue des champions, de l’Europa League ou de la Conference League. Seul le champion, le Club de Bruges, sait déjà qu’il sera en C1. Pour Genk, l’Antwerp, Anderlecht et La Gantoise, c’est encore flou.

  1. “Merci Kevin”: l’hommage de la presse belge à De Bruyne “le sauveur de la nation”

    “Merci Kevin”: l’hommage de la presse belge à De Bruyne “le sauveur de la nation”

    Une joyeuse entrée. La montée au jeu de Kevin De Bruyne au repos a complètement changé la physionomie de la rencontre face au Danemark. Dépassés et dominés en première période, les Diables sont parvenus à inverser la tendance grâce notamment à un assist, un but et une prestation trois étoiles de KDB. À la Une de (presque) tous les quotidiens belges, la même photo. Le meneur de City, bras écartés, le regard déterminé. En légende? “Merci Kev” ou encore “Le roi des Belges”. Revue de presse.