Une chronique de BFM TV sur le look des Bleus fait bondir la toile

Une chronique sur le style vestimentaire des Bleus diffusé lundi soir dans l’émission “Tonight Bruce” sur BFM TV a suscité l’indignation de nombreux internautes.

Plein écran
Capture d'écran © BFM TV

Lundi, les hommes de Didier Deschamps se sont réunis au centre d’entraînement de Clairefontaine (Yvelines) pour préparer leurs matchs de qualification à l’Euro 2020 contre la Moldavie et l’Albanie. Une arrivée très bling bling qui n’a pas échappé à la chaîne d’info en continu BFM TV. “Cette année, ces arrivées à Clairefontaine ressemblent vachement à la Fashion Week”, lance d’emblée Bruce Toussaint, le présentateur, qui accueille alors la journaliste Jeanne Daudet sur le plateau.

Pendant trois minutes, celle-ci passe alors en revue les choix vestimentaires (très onéreux) des joueurs de l’équipe de France. Les tenues d’Antoine Griezmann, de Presnel Kimpembe, de Wissam Ben Yedder ou encore de Moussa Sissoko sont passées sous la loupe sur un ton moqueur et ironique. Le prix, la marque et les références des vêtements portés par les joueurs sont donnés à l’antenne. Une chronique qui a déclenché un torrent de réactions sur les réseaux sociaux.

“Quand t’as rien à dire rien à foutre et que tu te dis et si je me foutais un peu des footballeurs. Demago et nase (sic)”, commente de manière cinglante Pierre Ménès, célèbre chroniqueur sportif, sur Twitter. 

“Ça se passe bien à BFMTV de se foutre de la gueule du prix des tenues de joueurs de l’Equipe de France? Ils sont millionnaires et devraient s’habiller chez Zara? Combien coûtent les tailleurs et costards des comédiens, animateurs tv, politiques?”, renchérit Betrand Latour, chroniqueur pour la chaîne l’Equipe.

Même certains internationaux français n’ont pas pu s’empêcher d’apporter leur grain de sel, comme Samuel Umtiti ou Wissam Ben Yedder. 

Face au déferlement de réactions, Bruce Toussaint a tenu à mettre les choses au point dans l’émission suivante. “Notre intention était simplement de montrer que les footballeurs étaient devenus des ‘fashion victims’, ce qui n’est absolument pas un reproche”, a-t-il notamment réagi.