Plein écran
Mesut Ozil. © Photo News

Arsenal juge "inacceptable" le choix de Bakou pour la finale de la Ligue Europa

"Inacceptable": c'est le mot qu'a choisi jeudi le club anglais d'Arsenal pour qualifier le choix de Bakou, capitale de l'Azerbaïdjan, comme ville hôte de la finale de Ligue Europa, qu'il disputera contre son rival londonien de Chelsea le 29 mai.

"Nous sommes amèrement déçus du fait que, en raison de limitations liées au transport, l'UEFA ne propose qu'un maximum de 6.000 billets à la vente pour Arsenal, dans un stade dont la capacité excède largement 60.000 (places)", ont déploré les "Gunners" dans un communiqué.

L'UEFA a notamment invoqué la capacité limitée de l'aéroport de Bakou pour justifier son choix de plafonner le nombre de billets dévolus à chaque finaliste, alors que l'enceinte de la capitale azerbaïdjanaise peut accueillir 68.700 spectateurs.
Les fans de Chelsea comme d'Arsenal ont déploré ces derniers jours le coût et la logistique complexe liés à l'organisation de la finale à 4.500 kilomètres de Londres.
Liverpool et Tottenham, par le biais de leurs supporters, sont aussi montés au créneau à cause du manque de tickets disponibles pour la finale de la Ligue des champions prévue le 1er juin à Madrid.

22.300 billets distribués aux sponsors

"Spirit of Shankly et Tottenham Hotspur Supporters' Trust (les deux groupes de supporters indépendants du LFC (Liverpool FC) et THFC (Tottenham Hotspurs FC)) en appellent aux principaux sponsors de la Ligue des champions afin qu'ils remettent une partie des billets qu'ils ont reçus pour la finale dans le pot des supporters des deux clubs", ont déclaré ces deux clubs de supporters dans un communiqué commun.

Chacun des deux clubs a reçu quelque 16.600 billets pour une finale qui sera disputée dans un stade d'une capacité de 63.500 places, une offre largement inférieure à la demande. Environ 22.300 billets ont été distribués aux sponsors, mais aussi au comité local d'organisation, à l'UEFA, aux fédérations nationales, aux diffuseurs et aux loges des VIP. 

  1. L’affaire du chant homophobe d'Anderlecht est loin d’être classée

    L’affaire du chant homophobe d'Ander­lecht loin d’être classée

    Le Sporting d'Anderlecht va comparaître pour la deuxième fois devant la Cour belge d'arbitrage pour le sport (CBAS) dans les prochaines semaines. Les Mauve et Blanc n'avaient reçu aucune sanction pour le chant "Alle boeren zijn homo's (tous les paysans sont homosexuels)" que leurs supporters avaient entonné à l'encontre du Club de Bruges. Une décision contre laquelle le parquet de l'Union Belge de Football a fait appel.