Plein écran
Emiel Degrande avait 13 ans. © Facebook

Deux semaines après la mort tragique de son cousin, un ado de 13 ans meurt d'insuffisance cardiaque

WevelgemEmiel Degrande, 13 ans, est décédé mardi après-midi d’une défaillance cardiaque à son domicile à Wevelgem, en province de Flandre-Occidentale. Le jeune footballeur, membre du FC Gullegem, venait de quitter l’école parce qu’il ne se sentait pas bien. 

Emiel Degrande s’était déjà senti mal samedi soir après avoir joué au football. Il avait un mal de tête tel que ses parents l’ont conduit à l’hôpital. Les médecins n’ont cependant pas trouvé d’explication à sa douleur et Emiel devait passer des examens complémentaires ultérieurement. En attendant les résultats, le jeune garçon a été temporairement interdit de jouer au football. Il a seulement été autorisé à se rendre à l’école à vélo car cet effort n’était pas considéré comme un risque.

Mardi à l’école, l’adolescent s’est à nouveau senti mal. Avec l’accord préalable de la direction et de ses parents, il est rentré chez lui. Son père a immédiatement quitté son lieu de travail pour le rejoindre au domicile familial. C’est là qu’il a découvert son fils inanimé. Les secours appelés sur place ont tout tenté pour le sauver, en vain. Emiel était décédé d’une insuffisance cardiaque. Il devait fêter ses 14 ans en décembre prochain.

La deuxième tragédie dans la famille en quelques semaines

Le décès d’Emiel Degrande est le deuxième drame que vit la famille en quelques jours. Arthur Deconinck, un jeune homme de 21 ans de Moorsele décédé le 23 août dernier lors d’un voyage en voiture avec un ami à Stuttgart, n’est autre qu’un cousin du jeune footballeur, rapportent nos confrères de Het Laatste Nieuws. 

Avec un ami, Arthur avait passé la nuit dans sa voiture sur le parking du club de football VFB Stuttgart. Les deux jeunes avaient mortellement été intoxiqués par des vapeurs d’essence à cause d’une fuite dans un jerrycan posé dans le coffre. Arthur Deconinck et Maxim Vaernewyck, 22 ans, d’Aalbeke, étaient décédés dans leur sommeil.

Plein écran
Arthur Deconinck © Hans Verbeke