Plein écran
Claudio Lotito, président de la Lazio Rome. © Photo News

Pour le patron de la Lazio, les “buu” ne sont “pas toujours” des cris de singe

Le président de la Lazio Rome Claudio Lotito a assuré mardi que les "buu", semblables à des cris de singe, qui descendent régulièrement des tribunes italiennes ne doivent "pas toujours" être assimilés à "un acte discriminatoire ou raciste".

"L'expression +buu+ ne correspond pas toujours à un acte discriminatoire ou raciste", a déclaré Lotito à la sortie d'un conseil fédéral où la question du racisme dans les stades devait justement être abordée.

Cette saison, plusieurs incidents ont eu lieu en Serie A quand des joueurs noirs - Romelu Lukaku, Dalbert ou Franck Kessié - ont été visés par ces cris venus des tribunes. "Je me souviens que quand j'étais petit, il y avait souvent des gens qui n'étaient pas de couleur, qui avaient la peau normale, blanche, à qui on faisait +buu+ pour les pousser à manquer quand ils arrivaient devant le gardien", a ajouté le président de la Lazio. "Donc il faut interpréter", a-t-il encore jugé.

A chaque fois, les clubs ou supporters concernés se sont défendus en avançant le même argument que M. Lotito, affirmant que ces cris visent parfois aussi des joueurs blancs et ne sont donc pas racistes.

La Lazio sanctionnée l’année dernière

Après avoir été la cible de ces cris de singe à Cagliari, l'attaquant belge de l'Inter Milan Lukaku avait ainsi reçu une lettre des Ultras de son propre club assurant que ces chants n'étaient pas racistes. "Ciao Romelu (...) Nous regrettons beaucoup que tu aies pensé que ce qui est arrivé à Cagliari soit du racisme", avaient écrit ces tifosi.

"Tu dois comprendre que l'Italie n'est pas comme beaucoup d'autres pays européens où le racisme est un VRAI problème. Nous comprenons que tu aies pu le croire, mais ça n'est pas le cas. En Italie, nous avons certaines façons de faire pour aider l'équipe et essayer de rendre nos adversaires nerveux, pas par racisme, mais pour les faire rater", poursuivaient les auteurs du communiqué.

La saison dernière, la Lazio Rome avait de son côté été sanctionnée de la fermeture pour un match, avec sursis, du virage Nord du Stade Olympique, après les cris et chants racistes de ses supporters lors d'un match à San Siro face à l'AC Milan. Ces tifosi de la Lazio avaient repris un chant raciste visant le Français Tiémoué Bakayoko ("Cette banane est pour Bakayoko").

  1. Les supporters racistes et homophobes devront suivre un cours

    Les supporters racistes et homophobes devront suivre un cours

    Les supporters de foot qui font des commentaires racistes ou homophobes doivent être immédiatement interdits de stade. Ils ne pourront réintégrer la tribune qu'après avoir suivi un cours. Il s'agit d'une des mesures prises par la Pro League, qui regroupe les 24 clubs professionnels belges, afin de lutter contre les chants discriminants et offensants, écrivent mardi les journaux du groupe Mediahuis. La Pro League tient en outre les clubs responsables du comportement de leurs fans.