L'accrochage "inacceptable" entre Rosberg et Hamilton

VideoMercedes qui avait placé ses deux pilotes Nico Rosberg et Lewis Hamilton en première ligne sur la grille de départ du Grand Prix de Belgique de Formule 1 dimanche à Spa-Francorchamps, a perdu la course dès le... 2-ème tour, lorsque les deux Flèches d'Argent se sont accrochées, permettant ainsi à l'Australien Daniel Ricciardo (Red Bull) de s'installer définitivement en tête de l'épreuve.

Plein écran
© photo_news
Plein écran
© getty
Plein écran
© belga

A la traditionnelle question relative aux responsabilités respectives des pilotes impliqués, les deux patrons de Mercedes en F1, Niki Lauda et Toto Wolff, n'ont pas fait dans la nuance: c'est la faute de l'Allemand, qui a trop insisté pour dépasser son équipier.

"Lewis était devant et sur la bonne trajectoire. Nico derrière. C'est lui qui fait la faute", affirmait Lauda. "Il est inacceptable que ce genre d'erreur arrive au 2-ème tour d'une course. Dans les derniers tours, cela peut encore éventuellement se produire dans le feu de l'action. C'est même compréhensible. Mais ici il s'agit d'une stupidité inconcevable à ce niveau et au final, c'est Mercedes qui en est victime", se désolait l'ancien triple champion du monde (1975, 1977 et 1984).

"On va régler ça en interne"
"On ne dépasse pas avec le couteau entre les dents au 2-ème tour d'une course," insistait également Wolff. "C'est inacceptable de la part de Nico. Nos deux pilotes ont une seule règle à respecter: ne pas s'accrocher. Nous allons évidemment régler ça en interne mais Nico a commis une grave erreur de jugement dans cette tentative de dépassement."

Hamilton était très fermé à l'issue de la course, mais a tout de même lâché que Rosberg avait commis une erreur.

Rosberg s'est lui montré "très déçu" pour l'écurie, mais ne croit pas qu'Hamilton va lui en vouloir longtemps. "Je respecte évidemment les opinions de mes patrons, mais j'étais le plus rapide et je voulais dès lors passer devant le plus vite possible", a-t-il expliqué. "C'était aussi le droit des spectateurs britanniques de me siffler", a-t-il ajouté.

Plein écran
© ap