Plein écran
Mick Schumacher. © REUTERS

Mick Schumacher peut-il devenir un champion de F1? “Il en est capable”

Accéder à la Formule 1 est le rêve de tout passionné de sport automobile. Mick Schumacher, fils de Michael, est actuellement en Formule 2, la catégorie inférieure où les talents espèrent passer le tremplin vers le Graal. Passer ce cap est-il un objectif réalisable dès la saison prochaine pour le jeune pilote de 22 ans? 

“Je ne sais pas encore où je vais rouler l’an prochain”, affirmait-il à Sotchi en marge du Grand Prix de Russie, il y a deux semaines. Le fils de Michael Schumacher est toujours dans le flou concernant son avenir. Dans une interview accordée au journal allemand Die Welt, Sabine Kehm, manager du septuple champion du monde de Formule 1, indique clairement quelles sont les ambitions de Mick Schumacher. “Je suis certaine que Mick va finir en Formule 1 tôt ou tard. Il fera du bon travail là-bas, parce qu’il fait du bon travail en Formule 2. Mick devrait être capable de réaliser son rêve de devenir champion du monde”, confie-t-elle.

Une prédiction audacieuse de Sabine Kehm, étant donné les mauvais résultats de Mick Schumacher lors de sa première année en Formule 2. En effet, Schumi Junior n’est que douzième au classement général. “Mick a eu une saison très malheureuse”, poursuit la manager. “Je compatis avec lui, parce qu’il a une malchance incroyable. Bien sûr, il a encore beaucoup à apprendre, mais je pense que Mick est très bon pour analyser les choses, en tirer les bonnes leçons et ensuite ajuster son comportement. Je crois vraiment qu’il peut devenir champion du monde. Du moins, c’est pour ça qu’il travaille”, conclut-elle.

  1. Zéro émission de CO2 en 2030: le plan ambitieux de la Formule 1

    Zéro émission de CO2 en 2030: le plan ambitieux de la Formule 1

    La Formule 1 a annoncé mardi un plan "à effet immédiat" pour réduire à zéro ses émissions de CO2 d'ici à 2030 et organiser des événements plus respectueux de l'environnement d'ici à 2025. "Cette initiative inclut les monoplaces, les activités en piste ainsi que le reste des opérations liées au sport", précise dans un communiqué la F1, dont le plan implique la Fédération internationale de l'automobile (FIA), les promoteurs des Grands Prix, les équipes ou encore les sponsors.