Plein écran
© REUTERS

Niki Lauda, légende de la Formule 1, est décédé

Le triple champion du monde autrichien de Formule 1 Niki Lauda n'est plus. L'ancien pilote automobile et entrepreneur s'est éteint paisiblement entouré de ses proches à l'âge de 70 ans, indique sa famille dans la nuit de lundi à mardi.

"Avec une profonde tristesse, nous annonçons que notre cher Niki est décédé paisiblement entouré de sa famille ce lundi 20 mai 2019. Ses exploits exceptionnels en tant que sportif et entrepreneur resteront inoubliables. Son enthousiasme infatigable, sa franchise et son courage resteront un exemple et une référence pour nous tous. En dehors de la sphère publique, il était un mari, un père et un grand-père aimant et attentionné. Il va beaucoup nous manquer", selon le communiqué de sa famille.

 Le triple champion du monde de Formule 1 avait subi en août 2018 une transplantation pulmonaire, après quoi il avait contracté une grippe. Il se battait depuis plusieurs mois pour retrouver des forces.

Plein écran
© REUTERS

Terrible accident

Lauda, légende des circuits dans les années 1970 et 1980, avait échappé de peu à la mort en 1976, victime d’un accident lors du Grand Prix d’Allemagne. Sa voiture s’était enflammée après une sortie de route, et il n’avait dû la vie qu’à l’intervention d’autres pilotes. Gravement brûlé au visage, Niki Lauda avait été touché aux poumons, en raison des fumées toxiques, et ses reins avaient aussi été gravement endommagés. Six semaines plus tard, il avait disputé le GP d’Italie.

Les images du terrible accident du champion du monde en titre ont choqué le monde entier. Mais Lauda est un battant, qui va revenir à la vie. Six semaines après avoir reçu l’extrême onction sur son lit d’hôpital, il prend en effet à la stupéfaction générale le départ du Grand Prix d’Italie malgré sa souffrance, et de graves lésions au visage.

Cette saison-là, il lutte pour le titre jusqu’à la dernière course avec le Britannique James Hunt, finalement couronné. Cet affrontement épique, révélateur du caractère hors-norme de l’Autrichien, a été raconté en 2013 dans le film “Rush”, de l’Américain Ron Howard.

En 1977, le rescapé remporte son deuxième titre de champion de monde avec Ferrari. Il arrête une première fois la compétition fin 1979. Mais il retrouve les circuits dès 1982, au volant d’une McLaren avec laquelle il conquiert en 1984 son ultime titre mondial.

Plein écran
© AFP

“Un exemple”

Il a marqué l’histoire de son sport, qu’il avait choisi contre l’avis d’un père très riche, en se montrant méticuleux dans sa préparation et déterminé au volant.

Egalement passionné d’aviation, il avait fondé en 1979 sa compagnie aérienne, Lauda Air, revendue à Austrian Airlines en 2002.

“Ses succès uniques en tant que sportif et entrepreneurs sont et resteront inoubliables. Son dynamisme infatigable, sa franchise et son courage restent un exemple et une référence pour nous”, a souligné la famille.

Lauda était directeur non exécutif au sein du team Mercedes en Formule 1.

Né le 22 février 1949 dans une famille de la bourgeoisie d’affaires viennoise, Andreas Nikolaus Lauda, dit Niki, est père de quatre enfants issus de deux mariages différents.

Il n’a pas vingt ans lorsque, sans en avertir ses parents, il dispute en 1968 sa première course automobile avec une Mini Cooper offerte par sa grand-mère.

Les gaz toxiques inhalés lors de son accident de 1976 ont affaibli son organisme. Après deux greffes de reins en 1997 et en 2005, il avait dû subir en août 2018 en extrême urgence une transplantation pulmonaire, après avoir contracté un virus lors d’un séjour à Ibiza.

Plein écran
© REUTERS
  1. Stratégie payante pour Hamilton, qui remporte le GP de Hongrie devant Verstappen

    Stratégie payante pour Hamilton, qui remporte le GP de Hongrie devant Verstappen

    Le champion du monde Lewis Hamilton (Mercedes) a remporté le Grand Prix de Hongrie, dimanche sur le circuit du Hungaroring. Le Britannique a réussi son pari en changeant ses gommes à 21 tours de la fin. Il a dépassé le Néerlandais Max Verstappen (Red Bull) dans le 67e des 70 tours pour décrocher sa 81e victoire en Formule 1. L'Allemand Sebastian Vettel (Ferrari) et son coéquipier monégasque Charles Leclerc terminent 3e et 4e.