Plein écran
Vettel et Leclerc © Het Laatste Nieuws

“Que diable fait-il!”: le GP du Brésil a tourné au fiasco pour Ferrari

Le Grand Prix du Brésil de Formule 1 a été marqué par l’accrochage entre les deux Ferrari et leur abandon au 66e tour. Sebastian Vettel a heurté Charles Leclerc alors qu’il voulait lui prendre la 4e place. L’Allemand a provoqué le déjantage de la roue avant droite du Monégasque avant de voir son pneu avant gauche éclater. Les deux pilotes sont revenus sur le crash à l’issue de la course, qui a tourné au fiasco pour l’écurie italienne.

L’accrochage entre Vettel et Leclerc était évidemment LE sujet de discussion après la course, alors que les deux pilotes se disputaient la dernière place du podium. “Que diable fait-il”, a hurlé l’Allemand à la radio au moment de l’accident. A l’issue de la course, il a toutefois refuser de pointer son coéquipier du doigt.

"Peu importe (qui est responsable). Aucun de nous n'a terminé la course, c'est mauvais pour l'équipe, c'est évident”, a pesté Sebastian Vettel.

“Je n'ai pas grand chose à dire, ce qui s'est passé est assez évident. Charles (Leclerc) est mieux passé dans la chicane et a essayé de me dépasser. C'est dommage pour l'équipe d'avoir perdu les deux voitures d'un seul coup. Max Verstappen était hors d'atteinte. Une victoire n'était pas possible. (...) Mais c'est dommage car nous aurions pu avoir une meilleure course. (besoin de consignes d'équipe ?) Non, je ne crois pas."

Plein écran
© Photo News

"Nous sommes tous les deux très désolés. C'est sûr que la ‘team’ n'a pas apprécié ça”, a renchéri le Monégasque Charles Leclerc. “Maintenant, il faut remettre les compteurs à zéro et aller de l'avant, je pense que c'est le plus important dans des situations comme celles-ci”.

Plein écran
© Photo News

Mattia Binotto, le patron de Ferrari, n’a pas du tout apprécié le comportement de ses deux pilotes. “Notre sentiment dominant est le suivant: tout le monde, et avant tout, les pilotes, sont très contrariés et regrettent ce qui s’est passé. Une petite collision a eu de graves conséquences. En vérité, de telles choses ne devraient pas arriver. Nous avons laissé les pilotes se battre et ils savaient que ce genre de situation ne devait pas arriver. Nous devons maintenant réunir tout le monde et prendre des décisions, car nous agissons tous, dans l’intérêt de l’équipe avant toute chose et nous allons veiller à ce que cela ne se reproduise plus”, a-t-il commenté.

Plein écran
Mattia Binotto © Photo News
Plein écran
© Photo News
Plein écran
© AFP
Plein écran
© AFP
Plein écran
© AFP