Plein écran

Ross Brawn a racheté Honda pour une livre symbolique

Le constructeur automobile japonais Honda Motor a cédé début mars son écurie de F1 à son ancien directeur sportif Ross Brawn pour une livre sterling, révèle vendredi un quotidien japonais.

"Depuis notre retrait au mois de décembre, notre priorité était de vendre notre écurie à condition qu'elle poursuive ses activités en F1", déclare un cadre de Honda non identifié au Yomiuri Shimbun. "Le prix n'était pas un problème", assure-t-il.

"Nous ne pouvions pas vendre l'équipe à des partenaires qui auraient cherché à la vendre à la découpe. Il nous fallait protéger les emplois de centaines de personnes, et nous pensons avoir trouvé une bonne solution", a ajouté cette source.

Contacté, un porte-parole de la firme automobile n'a pas souhaité confirmer le montant de la transaction.

Ross Brawn avait racheté début mars l'écurie Honda dont la première apparition en F1 remonte à 1964 et qui a jeté l'éponge le 5 décembre 2008. Le montant de l'opération est depuis resté secret. Honda a expliqué sa décision par ses difficultés financières liées à la crise mondiales. Sur l'exercice terminé le 31 mars 2009, l'entreprise a par exemple vu son bénéfice baisser de 87% sur un an, à 80 millions de yens (600.000 euros environ).

Ancien directeur technique de l'écurie, le Britannique avait rejoint Honda en 2007 après avoir notamment travaillé pour Ferrari, Benetton, Jaguar et Arrows.

Contre toute attente, Brawn GP a remporté les deux premiers Grands Prix de la saison de F1. Le 30 mars, après sa première victoire, elle a annoncé le licenciement de 270 de ses 700 employés. (belga)

  1. Zéro émission de CO2 en 2030: le plan ambitieux de la Formule 1

    Zéro émission de CO2 en 2030: le plan ambitieux de la Formule 1

    La Formule 1 a annoncé mardi un plan "à effet immédiat" pour réduire à zéro ses émissions de CO2 d'ici à 2030 et organiser des événements plus respectueux de l'environnement d'ici à 2025. "Cette initiative inclut les monoplaces, les activités en piste ainsi que le reste des opérations liées au sport", précise dans un communiqué la F1, dont le plan implique la Fédération internationale de l'automobile (FIA), les promoteurs des Grands Prix, les équipes ou encore les sponsors.