Plein écran
© ap

65.000 participants à la Marche pour le climat

UpdateQuelque 65.000 personnes participaient ce dimanche à Bruxelles à la Marche pour le climat initiée par les organisations Climate Express et Coalition Climat, a indiqué la zone de police de Bruxelles Capitale-Ixelles. Les organisateurs parlent de 70.000 à 75.000 participants, parmi lesquels 5.000 cyclistes.

Plein écran
© photo_news
Plein écran
© ap
Plein écran
© ap

Trois ans après la signature de l'Accord de Paris, les promesses doivent être mises en pratique. Or, en Belgique, les émissions augmentent à nouveau depuis 2014 alors qu'elles devraient diminuer. C'est la preuve d'un manque de volonté et d'ambition politique, selon les organisateurs de la Marche. Les décideurs belges doivent enclencher la vitesse supérieure, estiment Climate Express et Coalition Climat.

"Le climat change et nous le sentons tous. Dans nos villes nous étouffons à cause de l'air sale, chaque année nous dépensons des millions d'euros pour dédommager les agriculteurs pour les dégâts causés par la sécheresse et cet été a battu le record en terme de chaleur. Nous sommes pratiquement confrontés chaque jour à des images d'incendies et d'inondations de par le monde", a relevé Samuel Lietaer, porte-parole du Climate Express.

"Nous exigeons plus d'ambition de la part de nos décideurs belges sur le plan européen et international. Mais il faut aussi que cette ambition se concrétise à l'échelon belge. Depuis 2012, nous attendons un plan national pour le Climat, qui implique une stratégie, à court et à long terme. Une stratégie qui inclut tout le monde, aussi bien les employés des secteurs menacés que les populations du Sud", a ajouté pour sa part Nicolas Van Nuffel, président de la Coalition Climat.

Le nombre de participants à la Marche dimanche à Bruxelles est "impressionnant et historique", a noté Charlotte Scheerens de Climate Express.

Le Premier ministre Charles Michel a évoqué la marche sur Twitter. "La marche pour le climat est un formidable succès de mobilisation citoyenne. La question climatique doit être une préoccupation centrale au service des générations futures. La Belgique qui a finalisé son Plan Energie Climat défendra des objectifs ambitieux à la Cop24", a écrit Charles Michel.

Plein écran
© ap
  1. Une fillette de 3 ans disparaît lors d’une partie de cache-cache avec sa mère dans l'appartement familial: que s’est-il passé?
    Interview

    Une fillette de 3 ans disparaît lors d’une partie de ca­che-ca­che avec sa mère dans l'apparte­ment familial: que s’est-il passé?

    La petite fille de Flora Conway, auteure à succès aussi célèbre pour ses romans que pour sa discrétion dans les médias, a disparu alors qu’elle jouait à cache-cache avec sa mère dans leur appartement new-yorkais. La fillette de 3 ans s’est volatilisée. La porte d’entrée est fermée et il n’y a aucune trace d’effraction. Que s’est-il passé? Le nouveau roman de Guillaume Musso commence comme un thriller. Mais on se rend compte très vite que la partie de cache-cache, c’est avec le lecteur que Musso la fait.
  2. Le Pérou met les points sur les i: “Le chaton Lee a toujours été le bienvenu ici”

    Le Pérou met les points sur les i: “Le chaton Lee a toujours été le bienvenu ici”

    Le chef de la SENASA, l’homologue péruvien de l’AFSCA belge, a tenu à écarter un malentendu avec la Belgique: le chat Lee, qui risque l’euthanasie en raison du risque qu'il n’importe la rage en Belgique, resterait le bienvenu au Pérou et n’y aurait jamais été refusé par les autorités sanitaires. En effet, le chat a reçu les vaccins nécessaires et ne présente pas de danger aux yeux des instances péruviennes. Mais Hélène Bonte, porte-parole de l’AFSCA, estime ces nouveaux propos insuffisants: “Tant que le gouvernement péruvien ne nous aura pas officiellement communiqué son point de vue quant à l’importation illégale de ce chat, notre position ne changera pas”, balaie-t-elle.
  3. Kidnapping à Genk: “L'implication possible de musulmans radicalisés, une évolution inquiétante”

    Kidnapping à Genk: “L'implica­ti­on possible de musulmans radica­lisés, une évolution inquiétan­te”

    L'implication présumée de Khalid Bouloudo, âgé de 45 ans et originaire de Maaseik, dans l'enlèvement et la séquéstration d'un garçon de 13 ans de Genk, est jugée "surprenante" par l'expert en terrorisme Pieter Van Ostaeyen. "Nous ne savons pas quel était le motif de l'enlèvement ou ce qui se cache derrière, mais l'implication possible de musulmans radicalisés constitue une évolution inquiétante selon moi. (...) Il s'agit de la première résurgence depuis des années dans le milieu extrémiste musulman.”