Plein écran
Au centre: Brahim Baghouri, parti en Syrie et condamné à 5 ans de prison dans le procès Sharia4Belgium. © Bas Bogaerts

70 émeutiers de Borgerhout sont partis en Syrie

VideoLes 70 djihadistes anversois qui sont partis combattre en Syrie ont tous, sans exception, été interpellés en 2012 lors des émeutes à Borgerhout. "Avec le recul, on se dit qu'on avait la liste entière des passagers pour Syrie-Express", regrette le bourgmestre Bart De Wever.

Plein écran
Michaël Delefortrie, un personnage bien connu de Sharia4Belgium. Il est revenu de Syrie, condamné dans le procès Sharia4Belgium mais est libre. © Bas Bogaerts
Plein écran
Noureddine Aboualla, qui a perdu la vie dans les combats en Syrie en 2013. © Bas Bogaerts
Plein écran
Brian De Mulder, parti peu après les manifestations. Egalement condamné à 5 ans. © Bas Bogaerts

Le 15 septembre 2012, la police met la main sur 230 manifestants à Borgerhout. Ces derniers, encouragés par des membres influents de Sharia4Belgium, viennent protester contre la diffusion d'un film anti-islam, "L'Innocence des Musulmans". Déjà à l'époque, ils ont déployé des drapeaux islamiques, devenus depuis tristement célèbres...

La police a dressé la liste de tous les manifestants qui ont été interpellés ce jour-là. Et le constat est cinglant: les 70 jeunes originaires d'Anvers, partis depuis vers la Syrie, y sont tous répertoriés. "Tous les Anversois qui sont partis sont sur cette liste", indique Bart De Wever dans Het Laatste Nieuws, qui n'était pas encore bourgmestre d'Anvers à l'époque. "Avec le recul, on se dit qu'on avait la liste entière des passagers pour Syrie-Express. Celui qui était présent ce jour-là fait partie intégrante de la radicalisation des jeunes dans cette ville. Nous les connaissons tous."

Des membres de Sharia4Belgium
Parmi les manifestants, il y avait quelques personnages bien connus du milieu djihadiste anversois. Hicham Chaïb, alias "Abu Haniefa", est devenu dirigeant de la police religieuse de l'EI  à Raqqa. "A l'époque, on a pris les membres de Sharia4Belgium pour des clowns. Il est maintenant trop tard. On a beaucoup trop minimisé le phénomène", regrette De Wever, qui pointe la politique d'immigration.

Que faire désormais de ceux qui sont restés en Belgique et qui sont des candidats potentiels au djihad? "Six personnes de notre service d'assistance sociale sont chargées de suivre ces familles pour s'assurer qu'ils ne vont pas se radicaliser encore plus. Ils suivent un programme de déradicalisation."

Plein écran
Hicham Chaïb, l'un des initiateurs des émeutes, désormais à la tête de la police religieuse de l'EI à Raqqa. © Bas Bogaerts
Plein écran
© Bas Bogaerts
Plein écran
© Bas Bogaerts
Plein écran
© Bas Bogaerts
Plein écran
© Bas Bogaerts
Plein écran
© Bas Bogaerts
Plein écran
© Bas Bogaerts
Plein écran
© Bas Bogaerts
Plein écran
© Bas Bogaerts