Plein écran
© reuters

À l'origine du Brexit, David Cameron gagne aujourd'hui jusqu'à 140.000 euros par heure

À l'origine du référendum sur le Brexit intervenu en juin 2016, l'ex-Premier ministre britannique David Cameron a donné une nouvelle orientation à sa carrière. Il dispense notamment des conférences sur le... Brexit qui peuvent lui rapporter jusqu'à 140.000 euros par heure, rapportent The Guardian et l'hebdomadaire allemand Wirtschaftswoche.

Le référendum qu'il a organisé sur l'appartenance du Royaume-Uni à l'Union européenne lui a coûté son mandat. Le choix exprimé par le peuple britannique et opposé au sien l'a poussé à quitter le 10 Downing Street. Logiquement considéré comme l'un des plus grands perdants du Brexit, David Cameron est toujours appelé à traiter ce divorce difficile. 

Le "Washington Speakers Bureau" propose les services de l'ancien Premier ministre pour dispenser des conférences sur le sujet. "Les présentations de Cameron offrent une perspective sans précédent sur l'avenir de l'Union européenne et la place de la Grande-Bretagne dans le monde après le Brexit", peut-on lire sur le site de l'agence. Un savoir qui a un prix. Le célèbre orateur perçoit jusqu'à 140.000 euros par heure pour cette activité. 

"J'ai tenu ma promesse"
Et ce n'est pas la seule. Il endosse également un rôle de conseiller économique et figure dans les comités de la London School of Economics et de l'Université d'Oxford. En parallèle, il planche  sur un livre qui lui a permis de décrocher un contrat lucratif estimé à 800.000 livres (NDLR: +-930.000 euros).  La sortie de l'ouvrage est prévue pour le mois de septembre prochain.

Depuis son départ du gouvernement, David Cameron s'attelle à éviter les médias. Interpellé par un journaliste de la BBC en janvier dernier à son domicile de Notting Hill, il avait assuré ne pas regretter l'organisation du référendum. "J'ai simplement tenu ma promesse", avait-il commenté. "Je suis désolé que nous ayons perdu le référendum et déplore également les problèmes que nous rencontrons pour appliquer la décision sortie des urnes."