Plein écran
© epa

Accident dans une centrale nucléaire ukrainienne

Les autorités ukrainiennes ont annoncé mercredi qu'un accident s'était produit la semaine dernière dans une centrale nucléaire dans le sud-est du pays, ne présentant toutefois "aucune menace" d'émission de matières radioactives ou pour la sécurité de la région.

"Il n'y a aucune menace. L'incident est survenu dans le troisième réacteur de la centrale nucléaire de Zaporijia, au sein du système de sortie électrique. Ce n'est en aucun cas lié au réacteur. Il s'agit d'un court-circuit", a indiqué le ministre ukrainien de l'Énergie Volodymyr Demtchichine.

Le court-circuit est survenu vendredi, provoquant des coupures d'électricité dans la région avoisinante.

"Il n'y a pas d'émissions, pas de problème avec le réacteur. L'incident n'est en aucune façon associé avec le réacteur. Tous les efforts sont concentrés pour réparer le site", a martelé M. Demtchichine, annonçant que la centrale devrait retrouver sa pleine puissance vendredi.

Un communiqué publié sur le site internet de la centrale a indiqué plus tôt que le réacteur numéro 3 avait été déconnecté du réseau jusqu'au 5 décembre et que les taux de radiation autour de la centrale étaient "inchangés".

Les centrales nucléaires représentent 44 % de la production énergétique de l'Ukraine, selon l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).


  1. “Le médicament le plus cher du monde ne guérira pas Pia”, affirme un spécialiste

    “Le médicament le plus cher du monde ne guérira pas Pia”, affirme un spécialis­te

    Ellen De Meyer, la maman de la petite Pia, est bouleversée par les centaines de milliers de SMS envoyés pour permettre à sa petite fille, atteinte d’amyotrophie spinale, une maladie génétique rare, d’avoir accès au “médicament le plus cher du monde”. Mardi soir, sur la chaîne VTM, elle confiait cependant que son enfant ne guérirait pas si elle reçoit la piqûre à 1,9 millions d’euros de Zolgensma. “Je veux le dire clairement aux gens: c’est une maladie qui restera dans son corps mais elle sera capable de mener une vie relativement confortable. L’injection permettra à Pia d’utiliser pleinement les muscles qui ne sont pas morts.”
  2. Pia aurait été traitée plus rapidement si elle était née en Wallonie

    Pia aurait été traitée plus rapidement si elle était née en Wallonie

    La Belgique se mobilise pour aider la petite Pia, âgée de 9 mois et atteinte d’amyotrophie spinale. Pia avait quatre mois quand ses parents ont commencé à s’inquiéter pour son état de santé. “Si on la mettait sur le ventre, elle ne faisait rien avec la tête. Elle restait allongée”, racontait sa maman cet été à De Morgen. Les parents avaient un point de comparaison: le frère aîné de Pia, Briek, qui au même âge “tenait sa tête fermement vers le haut”.
  3. L'office des étrangers remet les visites domiciliaires sur le tapis

    L'office des étrangers remet les visites domiciliai­res sur le tapis

    L'association des juges d'instruction a été dûment conviée, le 27 septembre prochain, pour faire connaître son "avis" et ses "préoccupations" sur le projet de loi relatif aux visites domiciliaires du 7 décembre 2017 devant la commission temporaire chargée d'évaluer la politique de retour volontaire et d'éloignement forcé des étrangers, écrit La Libre Belgique, mercredi. Une invitation étrange, étant donné que le gouvernement est en affaires courantes et que ce projet de loi controversé date de la législature précédente.