Plein écran
© Fotomontage HLN

Accusations de pédophilie: les fans de Michael Jackson montent au créneau

Prêts à tout pour le défendre: le nouveau documentaire sur des accusations de pédophilie à l'encontre de Michael Jackson a suscité une levée de boucliers chez ses fans, bien décidés à protéger la mémoire du défunt "roi de la pop".

Plein écran
© reuters
Plein écran
© afp
Plein écran
© afp
Plein écran
© afp
Plein écran
© ap
Plein écran
© epa
Plein écran
© anp
Plein écran
© afp
Plein écran
© ap
Plein écran
© RV
Plein écran
© reuters
Plein écran
© photo_news

A l'ère des réseaux sociaux, les communautés de fans sont devenues des armées avec lesquelles il faut compter, avec chacune un surnom: Beyoncé a sa "Beyhive", Justin Bieber les "Beliebers", Cardi B le "Bardi Gang". Et lorsque "leurs" célébrités se retrouvent accusées de crimes, le besoin de monter au créneau peut devenir irrésistible, selon la psychiatre new-yorkaise Sue Varma. Ils ont "besoin d'une échappatoire, d'un rêve, quelqu'un qui leur sert de modèle", explique-t-elle à l'AFP. "C'est une espèce de déni", les célébrités "sont surhumaines, et nous voulons - ou plutôt nous avons besoin de penser qu'elles ne peuvent rien faire de mal".

Documentaire accablant
Après la diffusion dimanche et lundi sur la chaîne HBO des deux parties du documentaire "Leaving Neverland", de nombreux fans de Michael Jackson, mort il y a presque 10 ans, se sont déchaînés sur Twitter, décrédibilisant les deux victimes présumées interviewées dans le film, notamment sous le mot d'ordre #MJInnocent.

"Dévouement aveugle"
"Michael a été victime d'accusations fausses presque toute sa vie, venant de vautours avides d'argent ou de gloire. Il n'y a rien de changé", a notamment tweeté la musicienne Arika Kane. "Jetez ce 'mocumentaire'", avec "les victimes les plus ridiculement non-crédibles que le monde ait jamais vues", raillait aussi Zachary Jaydon, un musicien de Los Angeles. Le réalisateur du documentaire, Dan Reed, a indiqué à l'AFP qu'il recevait depuis des mois des messages de fans au vitriol. "Ils sont dans le dévouement aveugle", dit-il. "C'est presque comme un culte religieux".

Pas un phénomène nouveau
Les "superfans", dont la relation à une célébrité peut frôler l'obsession, ne constituent pas un phénomène nouveau, selon le professeur et expert en médias Paul Booth, de l'université DePaul de Chicago. Mais les réseaux sociaux les ont rendus plus visibles. "Les fans ont toujours eu des désaccords et des antagonismes", poursuit-il. "La différence aujourd'hui, c'est que les gens qui ne sont pas fans peuvent voir" ce qu'ils pensent. Sur les réseaux sociaux désormais, qui accentuent d'après lui "les sentiments d'identification", "ce n'est pas assez de défendre", il faut "contre-attaquer". Avec les réseaux sociaux, "vous pouvez juste tirer", "pas besoin de réfléchir, il suffit de réagir", souligne une autre spécialiste des médias, Mel Stanfill, de l'université de Floride centrale. "Notre perception de ce qui est socialement approprié a changé", dit-elle.

Woody Allen, Polanski, R. Kelly... 
Il y a eu d'autres cas dans le passé d'artistes reconnus, comme Roman Polanski et Woody Allen, accusés d'abus sexuels sur mineurs, dont les fans ont tout fait pour que cela ne gâche pas leur admiration pour leur vedette. Mais c'est devenu plus compliqué aujourd'hui, dans le sillage du mouvement #MeToo, qui a exposé la prévalence des abus sexuels. Certaines célébrités, comme le chanteur de R&B R. Kelly, se retrouvent ainsi à nouveau confrontées à des accusations qu'elles avaient réussi à mettre en sourdine par le passé.

Protéger les morts
Dans le cas de Michael Jackson, le fait que l'artiste ne soit plus là pour se défendre ne fait qu'exacerber la volonté des fans de le protéger. "Les gens peuvent être des légendes de leur vivant, mais ils deviennent en quelque sorte des anges après leur mort", souligne la psychiatre Sue Varma, citant notamment Elvis et la princesse Diana. "Culturellement, on nous apprend à ne pas dire du mal des morts, nous voulons en quelque sorte les exonérer".

Héritiers reconnaissants
Les héritiers de Michael Jackson --qui touchent entre 20 à 25 millions de dollars par an en royalties de ses enregistrements, selon le magazine spécialisé Billboard-- ont abondamment remercié les fans pour leur virulente défense. "Merci à tous les fans qui ont toujours soutenu mon oncle et ma famille", a tweeté Taj Jackson, le neveu de Michael. "Vous êtes la colonne vertébrale de ce combat. Je n'aurais pas la force, si vous n'étiez pas là".

"Soutien bien plus fort" que prévu
Pourtant, le réalisateur Dan Reed dit avoir reçu pour son film "un soutien bien plus fort" que ce qu'il attendait. "Les fans n'accepteront jamais (les accusations), car le Michael Jackson qu'ils connaissent n'est pas le véritable Michael Jackson," dit-il. "Ce n'est pas l'homme, c'est le mirage, c'est l'image, c'est l'icône".

Michael Jackson bannis de plusieurs radios

Plein écran
© afp
Plein écran
© photo_news

Plusieurs importantes radios québécoises ont retiré les chansons de Michael Jackson de leur programmation suite à la sortie aux Etats-Unis d'un documentaire accusant le célèbre chanteur défunt d'actes pédophiles, a annoncé mardi à l'AFP la porte-parole d'un groupe médiatique canadien.

"Attentifs aux commentaires"
"Nous sommes attentifs aux commentaires de nos auditeurs, et le documentaire diffusé dimanche soir a suscité des réactions", a déclaré Christine Dicaire, porte-parole de Cogeco. "Nous préférons réagir à la situation en retirant les chansons des ondes de nos stations pour le moment", a-t-elle ajouté.

22 stations canadiennes
Le groupe, qui contrôle 22 stations de radio au Québec et une en Ontario, a pris cette décision à la suite de la diffusion dimanche du documentaire "Leaving Neverland" sur la chaîne américaine HBO. Dans ce film, d'une durée de quatre heures, deux hommes témoignent des abus sexuels qu'ils auraient subi de la part du chanteur pendant des années alors qu'ils étaient mineurs.

Quid des Jackson 5?
D'importantes stations de radio québécoises comme CKOI, Rythme FM et The Beat ont ainsi cessé la diffusion des chansons de Michael Jackson. Mme Dicaire n'a cependant pas précisé si cette décision concernait également les chansons des Jackson 5, le groupe auquel appartenaient M. Jackson et ses frères lorsqu'ils étaient enfants. 

  1. Gouvernement ouvert à la société civile: vraie idée ou coup de communication d’Ecolo?
    Analyse

    Gouverne­ment ouvert à la société civile: vraie idée ou coup de communica­ti­on d’Ecolo?

    Un gouvernement wallon minoritaire PS-Ecolo appuyé par des représentants du monde associatif, est-ce vraiment possible? Que renferme exactement la notion de société civile? Comment cette majorité originale pourrait-elle être mise sur pied et est-elle réellement “plus démocratique”? Quels sont les (dés)intérêts des différents partis? Le MR, qui n’a pas été consulté pour la formation d’une coalition, a-t-il des raisons de se sentir floué? Tentative de réponses avec le politologue de l’ULB, Pascal Delwit.
  2. L’affaire Pauwels bouleversée par une histoire de cœur? “Le chef d’enquête a pollué ce dossier comme un cancer”

    L’affaire Pauwels boule­versée par une histoire de cœur? “Le chef d’enquête a pollué ce dossier comme un cancer”

    Me Frank Discepoli, avocat de Farid Hakimi, principal inculpé dans le cadre du dossier des home-jacking dans lequel est inculpé l'animateur Stéphane Pauwels, a demandé à la chambre des mises en accusation de la cour d'appel du Hainaut de prononcer l'irrecevabilité des poursuites, estimant que le chef d'enquête "a pollué ce dossier comme un cancer" en faisant des promesses à un autre inculpé. Il a été imité par d'autres avocats scandalisés par la tournure que prend ce dossier.