Plein écran
Alain Destexhe. © belga

Alain Destexhe en passe de quitter le MR?

Le député bruxellois et sénateur MR Alain Destexhe a entretenu mardi, par son silence à 48 heures d'un congrès du MR bruxellois en vue des élections régionales de mai prochain, la rumeur que lui prête Sudpresse de créer une liste dissidente à Bruxelles, à droite du parti libéral.

Malgré plusieurs tentatives de contact, M. Destexhe s'est refusé à confirmer ou infirmer la rumeur. Rien n'est donc établi pour l'heure, hormis l'enregistrement au Moniteur Belge, il y a deux semaines, d'une nouvelle ASBL, dénommée "Oxygène", et dont les fondateurs ne sont autres que le conseiller communal MR à Woluwe-Saint-Pierre, Aymeric de Lamotte, Alain Destexhe et Baudouin Peeters, chroniqueur ancré à droite.

L'objet social de l'association est de "soutenir l'expression d'idées politiques dans la sphère publique", selon ses statuts.

Selon Sudpresse, citant "des sources", plusieurs réunions secrètes se sont tenues dernièrement entre Alain Destexhe, Aymeric de Lamotte et Victoria de Vigneral, ces deux jeunes conseillers communaux MR qui, mardi matin dans les pages du Soir, dénonçaient la présidence "illégitime" exercée par Charles Michel sur le MR ou le "cynisme" de Didier Reynders.

Il n'est pas certain que l'intéressé présentera une liste dissidente, une menace que l'électron libre libéral a déjà brandie par le passé, notamment il y a plus d'an an en vue des élections communales à Ixelles. Il avait fini par se raviser.

Interrogé par Belga, le porte-parole du parti a indiqué que le MR n'était pas informé de la création d'une liste concurrente par Alain Destexhe. Le parti a cherché à avoir un contact avec lui à ce sujet, mais sans succès jusqu'à présent.

Au siège du MR, on se voulait toutefois prudent: "On attend de voir car ce n'est pas la première fois qu'Alain Destexhe dit vouloir créer une liste concurrente. S'il crée cette liste pour une raison de place (défavorable, ndlr) sur la liste MR, nous tenons à rappeler que la confection de la liste est un travail collectif. Si c'est pour un problème de fond, alors c'est étonnant car il a été étroitement associé aux discussions pour les thèmes qui lui tiennent à coeur. Mais ici aussi, l'élaboration d'un programme est un travail collectif, qui doit intégrer les différentes sensibilités qui vivent dans le parti", a commenté Christophe Cordier.

Boris Dilliès n'y croit pas
Si les élus MR étaient peu diserts sur l'affaire, le bourgmestre d'Uccle, Boris Dilliès, ne s'est, lui, pas caché de dire ce qu'il pense. "Si cette sortie est confirmée, c'est bis repetita... Alain, le MR, tu l'aimes ou tu le quittes...; -) Ne le dites à personne, mais je n'y crois pas une seule seconde...", a-t-il lancé sur Twitter.