Plein écran
Plaies ouvertes sur la peau, saignements de nez, difficultés à respirer et à avaler: si elle n'est pas soignée à temps, l'"Aleppo evil" peut même conduire à la mort. © (Twitter)

"Aleppo evil": la maladie qui ravage la Syrie et qui pourrait débarquer en Europe

En Syrie, les effets collatéraux de la guerre sont pires que prévus, écrit The Sun.

À Alep (Syrie), une maladie gagne du terrain: "Aleppo evil" ("Le diable d'Alep). Il s'agit d'une maladie parasitaire transmise par les phlébotomes, de petits insectes qui prospèrent en zone de guerre. La maladie peut conduire à de graves cicatrices sur la peau et se répand rapidement en raison de mouvements migratoires provoqués par Daech dans la région. Elle pourrait même débarquer en Europe avec la migration des réfugiés, écrit The Sun.

Plaies ouvertes sur la peau, saignements de nez, difficultés à respirer et à avaler: si elle n'est pas soignée à temps, l'"Aleppo evil" peut même conduire à la mort.

Manque d'eau et malnutrition
Entre 2000 et 2012, seulement six cas de cette maladie avaient été détectés au Liban. Mais en 2013, ce chiffre a grimpé jusque 1033. Dans 96% des cas, les victimes étaient des réfugiés syriens. D'autres cas de cette maladie ont été enregistrés par les ministères libanais, yéménite, jordanien et turc de la Santé.

Les conditions sanitaires, le manque d'eau et la malnutrition ont également été des facteurs essentiels dans le développement de la maladie. Les zones touchées par la guerre ont vu leurs services de santé complètement détruits, en particulier dans les zones contrôlées par Daech.

Football en live

home logo Standard LiègeSTA
20:30
OstendeKVO
away logo