Plein écran
© epa

Alors les glaciers, ils fondent ou pas?

Les glaciers sont souvent utilisés pour illustrer l'impact du changement climatique. Pourtant, deux études récentes affirment que la perte de glace dans l'Himalaya a été faible ou surestimée, et que plus à l'ouest, dans le massif du Karakoram, les glaciers ont en fait légèrement gagné en masse.

Comment expliquer la divergence entre ces études et l'ensemble des recherches indiquant que, dans le monde entier, les glaciers sont en net recul depuis plusieurs décennies? Pour répondre à cette question, il faut se pencher un peu plus attentivement sur ce que les études montrent, et les placer dans le contexte des changements globaux sur la Terre.

Les deux études portent sur une période de temps relativement courte: huit à neuf ans. Or, il ne faut pas oublier que l'Himalaya connaît des variations importantes des chutes de neige d'une année à l'autre. Les études concernant le climat, elles, se basent sur des tendances climatiques qui s'étalent sur plusieurs décennies.

Il y a plus de 160.000 glaciers sur la planète et moins de 120 sont régulièrement mesurés. Ces mesures au sol ont été complétées par des données provenant de capteurs aéroportés et satellitaires. Ces informations combinées indiquent que la plupart des glaciers ont perdu en masse depuis au moins les quatre dernières décennies, et que les pertes se sont accélérées depuis les années 1990.

Sans oublier la preuve irréfutable que la fonte des glaces au Groenland et dans l'Antarctique s'est accélérée depuis les années 1990. De même, la banquise arctique perd chaque année du territoire, mettant en péril l'avenir des ours blancs. En Europe, les prévisions les plus récentes concernant les Alpes suggèrent que les glaciers vont diminuer de 80-96% d'ici 2100.

Avec des glaciers et des calottes glaciaires situés à différentes latitudes et altitudes, il n'est pas surprenant qu'il existe des variations régionales dans leur comportement. Une telle variabilité ne doit cependant pas détourner l'attention du changement climatique qui se déroule en ce moment. L'impact de ces changements au niveau des glaciers est vaste: diminution des ressources en eau potable, élévation du niveau des mers..., qui sont déjà observables et significatives.

  1. “Le médicament le plus cher du monde ne guérira pas Pia”

    “Le médicament le plus cher du monde ne guérira pas Pia”

    Ellen De Meyer, la maman de la petite Pia, est bouleversée par les centaines de milliers de SMS envoyés pour permettre à sa petite fille, atteinte d’amyotrophie spinale, une maladie génétique rare, d’avoir accès au “médicament le plus cher du monde”. Mardi soir, sur la chaîne VTM, elle confiait cependant que son enfant ne guérirait pas si elle reçoit la piqûre à 1,9 millions d’euros de Zolgensma. “Je veux le dire clairement aux gens: c’est une maladie qui restera dans son corps mais elle sera capable de mener une vie relativement confortable. L’injection permettra à Pia d’utiliser pleinement les muscles qui ne sont pas morts.”
  2. Elle est belle et elle “a un nom”. Violée, elle fait face à un choix horrible: se taire ou être lynchée
    Interview

    Elle est belle et elle “a un nom”. Violée, elle fait face à un choix horrible: se taire ou être lynchée

    Mazarine Pingeot sort “Se taire”, un roman qui dit qu'il faut parler quand on a été violée, peu importe le nom de famille que l’on porte. Beaucoup pensent qu’elle s’est inspirée de l’histoire de Pascale Mitterrand, la petite fille de son père, qui avait accusé Nicolas Hulot de viol. Pascale avait 20 ans à l'époque, elle était photographe et l'affaire a été médiatisée l'année passée alors qu’elle ne l'avait pas souhaité. Il y a effectivement quelques parallèles. “Mais ce n’est pas son histoire”, nous dit Mazarine Pingeot au téléphone. “Elle n’est pas Mathilde. C’est écrit dans le prologue: au lieu de s’intéresser au problème de fond, on cherche des noms. L’histoire de Pascale m’a inspirée mais comme d’autres histoires moins connues.” L'anecdotique étant désormais évacué, on peut entrer dans le vif du sujet.
  3. Plus de 800.000 SMS envoyés pour sauver la petite Pia, qui a besoin du médicament le plus cher du monde
    Play
    Mise à jour

    Plus de 800.000 SMS envoyés pour sauver la petite Pia, qui a besoin du médicament le plus cher du monde

    Originaires de Wilrijk, les parents de la petite Pia, un bébé de neuf mois atteint d’amyotrophie spinale, une maladie génétique rare, ont lancé une grande action à l’échelle nationale pour sauver leur enfant. Tous les Belges, tant au nord qu’au sud du pays, sont invités à envoyer un SMS au 4666. Vers 21h ce mardi, 800.846 messages avaient déjà été envoyés et ça n’en finit pas de grimper. “Il n’y pas de mots”, a confié la maman de Pia à nos confrères de HLN.