Plein écran
© epa

Amrani ne se sentait pas marocain et n'était pas musulman

Plein écran
© afp
Plein écran
© afp
Plein écran
© afp
Plein écran
© afp

Jean-François Dister, l'avocat de Nordine Amrani, s'est exprimé sur RTL-TVI sur ses derniers contacts avec l'auteur de la tuerie de la place Saint-Lambert. Car son client l'avait contacté lundi, puis mardi dans la matinée, vraisemblablement très inquiet suite à une convocation de la police qui souhaitait l'interroger dans un dossier de moeurs.

"Il pensait qu'on voulait lui nuire"
L'homme, qui était en liberté conditionnelle, craignait d'être renvoyé derrière les barreaux après que son véhicule eut été repéré par des enquêteurs qui se penchaient sur une affaire de moeurs. Selon l'avocat, Nordine Amrani avait été interrogé peu avant pour une histoire d'enlèvement, et il paniquait toujours quand il avait un souci avec la justice. D'où les deux appels "nerveux" passés à son conseil juste avant les faits. "Il pensait qu'on lui en voulait (...) D'après mon client, c'était un coup monté et on voulait lui nuire. Monsieur Amrani avait une dent contre la justice. Il pensait avoir été condamné à tort", a ensuite expliqué l'avocat à La Dernière Heure.

Aucune velléité d'attentat
Mais l'avocat a également affirmé que rien dans les paroles de son client ne laissait présager un tel massacre. "Encore maintenant, je ne comprends pas", s'étonne Me Dister. Son client aurait dû se présenter auprès des services de police environ une heure après la tuerie qui a laissé la Belgique en deuil et sous le choc mardi après-midi.

La thèse terroriste ne tiendrait pas debout
Une incompréhension partagée par les avocats bruxellois du meurtrier, Mes De Quévy et Amrani (aucun lien familial avec Nordine Amrani). Les avocats ont mis en avant son enfance difficile, ballottée de famille d'accueil en famille d'accueil, auprès de nos confrères de la DH. "C'était quelqu'un de charmant. J'ai le souvenir d'un homme très marqué par la perte de ses parents", raconte Me Amrani.

Nordine Amrani, terroriste intégriste musulman? Une hypothèse cliché qui a tenté bien des observateurs après le massacre de mardi mais que ses conseils bruxellois jugent impossible. "Il ne se sentait pas du tout marocain, ne parlait pas un mot d'arabe et n'était pas musulman. Ce qu'il disait, c'est qu'il se sentait belge". Pour rappel, Nordine Amrani était en effet né à Ixelles et est devenu orphelin très jeune.

Toujours selon ses avocats, ce collectionneur "fou" d'armes se sentait floué par la chance, se sentait injustement poursuivi par la justice. Un "ras-le-bol" qui l'aurait mené à commettre l'impensable? Mais que penser alors du corps retrouvé dans un hangar appartenant à l'auteur de la tuerie?

(acx/afp)

  1. L’ex-Miss Belgique suspectée dans une affaire de drogue évoque son arrestation: “Comme dans les films”
    Mise à jour

    L’ex-Miss Belgique suspectée dans une affaire de drogue évoque son arrestati­on: “Comme dans les films”

    Tanja Dexters (42 ans) et son compagnon ont été interpellés mardi puis interrogés dans le cadre d’une enquête portant sur un trafic de drogue. Ce n’est pas la première fois que le nom de l’ancienne Miss Belgique, couronnée en 1998, apparaît dans la rubrique faits divers. Elle avait notamment créé la polémique en 2016 après avoir profané une tombe à Lebbeke. En mars dernier, c’est un accident de la route avec délit de fuite qui avait fait parler d’elle.
  2. “Bruxelles sera attaquée demain”: une enquête en cours après une menace d’attentat

    “Bruxelles sera attaquée demain”: une enquête en cours après une menace d’attentat

    “Bruselas will be attacked tomorrow at 6:00 pm in Grand Place by a guy with a neon shirt”: voilà le message inquiétant inscrit sur le mur virtuel du Parlement européen à Bruxelles mardi soir, et partagé via Twitter mercredi par Emmanuel Foulon, assistant parlementaire au Parlement européen. L’Organe de Coordination pour l’Analyse de la Menace (OCAM) enquête actuellement sur cette menace d’attentat, selon le parquet de Bruxelles.