Plein écran
© photo_news

Armes en Libye: Demotte constate une "rupture unilatérale" du contrat

Plein écran
© belga

Des images vidéo des insurrections en Libye diffusées lundi sur Internet ont apporté mardi au gouvernement wallon la preuve que le régime de Tripoli avait perdu le contrôle d'une partie des armes de la FN Herstal pour lesquelles il avait octroyé une licence d'exportation. La Région wallonne réclame dès lors une mise sous embargo de la Libye.

La vidéo publiée lundi sur internet montre un civil libyen exhibant un FN303 de la fabrique d'armes Herstal, a pu confirmer mardi le gouvernement wallon après un travail d'authentification.

Arme anti-émeute
Cette arme est un fusil anti-émeute "à létalité réduite" dont la Région wallonne avait autorisé l'exportation à destination du 32e bataillon de l'armée libyenne, qui avait pour mission de sécuriser un couloir humanitaire vers le Darfour.

Cet octroi de licence touche également d'autres types d'armes et est actuellement toujours constesté devant le Conseil d'Etat par plusieurs ONG, qui dénoncent les risques d'abus par un régime autoritaire tel que celui de Tripoli.

Le ministre-président du gouvernement wallon Rudy Demotte avait demandé lundi à l'ambassade belge en Libye de "mesurer le risque d'utilisation" des armes wallonnes dans le cadre de la répression des manifestations en cours dans ce pays. Mais le ministre des Affaires étrangères Steven Vanackere avait, dans la foulée, jugé cette tâche difficile à réaliser pour l'ambassade.

Des civils en possession des armes
Les images diffusées sur internet, une fois authentifiées, ont donc permis aux autorités wallonnes de constater que des "civils" libyens (les commentaires diffusés sur le net font plutôt état de "mercenaires" à Benghazi) sont bien entrés en possession de ces armes et que les autorités libyennes n'assurent plus "le respect des conditions d'usage du matériel livré". "Que ces armes aient été données, volées ou capturées nous importe peu, dès lors qu'elles ne sont plus dans les mains de leurs destinataires", commente-t-on au cabinet Demotte.

Rupture de contrat
Ceci constitue, selon M. Demotte, "une rupture unilatérale par la Libye du certificat d'usage final qui l'engage au respect d'un cadre précis". Le chef du gouvernement wallon a dès lors demandé au ministre belge des Affaires étrangères, Steven Vanackere, de réunir dans l'urgence les autorités européennes en charge de la Politique étrangère et de sécurité commune (PESC).

"Dès lors que les événements actuels démontrent que les autorités libyennes n'assurent plus le respect des conditions d'usage du matériel livré et que du matériel européen (avions de combat notamment) serait utilisé à des fins de répression, Rudy Demotte souhaite que l'Europe dans son ensemble entreprenne sans délai une mise sous embargo de la Libye et ce, pour une durée indéterminée", poursuit le ministre-président wallon dans un communiqué.

M. Demotte proposera également au Groupe COARM, qui réunit l'ensemble des ministres européens compétents, le renforcement des règles européennes applicables lors d'exportations d'armes à destination de pays réputés sensibles.

Enfin, Rudy Demotte a assuré qu'il poursuivrait la mise en oeuvre de la réforme des procédures d'octroi de licences. A ce sujet, la CSC a demandé au gouvernement wallon de "garder la tête froide" pour éviter qu'à "un bain de sang en Libye vienne s'ajouter un 'bain de sang social' dans notre région, avec 4.600 emplois en jeu".

Selon le syndicat chrétien, il est possible de concilier la défense de l'emploi wallon, l'avenir de l' industrie wallonne de défense, les exigences éthiques et les droits de l'homme. (belga)

Football en live

home logo Manchester CityMCI
FIN
1-2
Manchester UnitedMUN
away logo
home logo FC BarceloneBAR
FIN
5-2
RCD MallorcaMAL
away logo
home logo STVVSTV
FIN
1-2
FC BrugesCLU
away logo
home logo SS LazioLAZ
FIN
3-1
JuventusJUV
away logo