"C'est un complot": Carlos Ghosn clame son innocence dans une vidéo

VideoCarlos Ghosn a clamé son "innocence" dans une vidéo diffusée mardi et enregistrée avant son arrestation le 4 avril sur de nouveaux soupçons de malversations financières, accusant des dirigeants de Nissan de "trahison".

Citation

C'est une histoire de complot, de conspirati­on, de trahison

Carlos Ghosn

Son principal avocat, Junichiro Hironaka, a par ailleurs annoncé son intention de déposer mercredi un recours devant le Cour suprême pour obtenir la remise en liberté de son client.

Les noms des responsables coupés au montage
"Ce n'est pas une histoire de cupidité, de dictature d'un homme. C'est une histoire de complot, de conspiration, de trahison", déclare en anglais l'ancien PDG de Renault-Nissan dans ce message. Les noms des responsables désignés par M. Ghosn ont été coupés au montage, sur demande de ses avocats.

"Je suis innocent, voilà mon premier message. Ce n'est pas nouveau, vous l'avez déjà entendu de moi: je suis innocent de toutes les accusations portées contre moi", martèle M. Ghosn en préambule de la vidéo diffusée pendant une conférence de presse de son avocat. 

Il réitère ses accusations d'un "complot" à son encontre, déjà brandies à plusieurs reprises dans les interviews accordées à la presse. "Des dirigeants de Nissan ont joué des jeux malsains", estime-t-il. "Il y avait la peur que dans la prochaine étape de l'alliance, l'autonomie de Nissan soit menacée", souligne-t-il, rappelant que lui-même avait "toujours été le farouche défenseur de cette autonomie".

Arrêté de nouveau jeudi dernier
M. Ghosn, qui dirigeait avant son interpellation surprise, le 19 novembre à Tokyo, la première alliance automobile au monde, unissant Renault, Nissan et Mitsubishi Motors, a connu une chute brutale.

Libéré début mars sous caution moyennant le paiement d'une caution d'un milliard de yens (8 millions d'euros), le patron naguère tout-puissant a été de nouveau arrêté jeudi dernier à son domicile de Tokyo.

Le Franco-Libano-Brésilien, âgé de 65 ans, se trouve depuis au centre de détention de Kosuge (nord de la capitale), où il avait déjà passé plus de 100 jours.

Cette fois, le parquet le soupçonne d'avoir transféré des fonds de Nissan à une société "de facto contrôlée par lui", via un distributeur de véhicules du constructeur japonais à l'étranger. Il s'agit du sultanat d'Oman, selon une source proche du dossier.

  1. Anderlecht sera-t-il un oiseau pour le chat brugeois?

    Anderlecht sera-t-il un oiseau pour le chat brugeois?

    Auteur de l’un des pires débuts de saisons de son histoire (5 sur 21), Anderlecht se déplace au Club de Bruges dans un contexte qui n’incite pas à l’optimisme. Alors que Vincent Kompany cherche toujours la bonne formule, il pourrait bien repêcher Trebel, snobé systématiquement jusqu’ici. Invaincus depuis le début de saison, les Blauw en Zwart auront la possibilité de reléguer les Mauves… à quinze points en cas de victoire, un gouffre après huit matchs. Si pour de nombreux observateurs, le Club de Bruges est devenu la nouvelle référence du football belge, le Sporting a la ferme intention de venir jouer les trouble-fête. En a-t-il réellement les moyens? Voici l’avis de nos rédacteurs.
  2. Un trisomique décède dans un véhicule en pleine chaleur

    Un trisomique décède dans un véhicule en pleine chaleur

    Un trentenaire américain atteint du syndrome de Down est décédé en mai dans une camionnette en pleine chaleur, à Seminole, en Floride, alors que la personne qui devait s’occuper de lui s’était endormie sur le siège passager après avoir ingéré de la drogue, ont relaté samedi les médias outre-Atlantique. Arrêté vendredi pour homicide involontaire aggravé, l’employé a été relâché le lendemain après avoir versé une caution de 50.000 dollars (soit 45.000 euros environ), mais il comparaîtra devant la justice ultérieurement.
  3. Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Réuni sur la côte, à Bredene, dans le cadre du festival ManiFiesta, le PTB a une nouvelle fois revendiqué dimanche la nécessité de mener une "politique de rupture" pour redonner du sens aux citoyens et repousser les extrêmes à droite, le racisme et le séparatisme. Mais à les entendre, les partis traditionnels n'ont toujours pas entendu le message de l'électeur le 26 mai dernier. Demandeur d'un vaste plan de réinvestissement public de 10 milliards d'euros, le PTB fustige notamment l'opération de privatisation des actifs de Nethys. "C'est ce genre de pratiques que nous reprochons aux dirigeants du parti socialiste. C'est une des raisons principales de notre rupture des négociations avec le PS pour un nouveau gouvernement wallon", a indiqué le président Peter Mertens.

Football en live

home logo Standard LiègeSTA
FIN
3-0
KAS EupenEUP
away logo
home logo FC BrugesCLU
18:00
AnderlechtAND
away logo
home logo ChelseaCHE
17:30
LiverpoolLIV
away logo
home logo Eintracht FrancfortFRA
18:00
Borussia DortmundBVB
away logo
home logo Zulte WaregemZWA
20:00
La GantoiseGNT
away logo
home logo Sevilla FCSEV
21:00
Real MadridRMA
away logo
home logo Olympique LyonnaisLYO
21:00
Paris SGPSG
away logo