Plein écran
© belga

Ça sent la fin du suspense au fédéral

Les coformateurs Kris Peeters et Charles Michel poursuivent leurs contacts, "essentiellement" dans le volet budgétaire, avant une reprise des négociations en plénière entre la N-VA, le MR, le CD&V et l'Open Vld. Qualifiée de "très très intense", la négociation devrait pouvoir aboutir la semaine prochaine, selon la volonté des protagonistes. L'accord de gouvernement serait alors ficelé pour la rentrée parlementaire et le budget envoyé pour la mi-octobre à la Commission européenne.

Outre le cadre budgétaire et les arbitrages, il est également question de la composition du gouvernement et du partage des compétences. L'accord prévoit que le futur Premier ministre sorte des rangs de la famille libérale - le nom de Charles Michel est le plus régulièrement cité - alors que la députée CD&V Marianne Thyssen a été proposée à la Commission européenne.

Les contacts qu'entretiennent les coformateurs se font dans la plus grande discrétion. Cette discrétion pourrait rester de mise jusqu'à la conclusion de l'accord final. Il y a peu de chance que les négociateurs retournent à la présidence de la Chambre où risquent de les attendre les caméras et les micros pour la reprise en plénière.

Selon la formule, il n'y a d'accord sur rien tant qu'il n'y a pas d'accord sur tout. Différentes pistes sont cependant sur la table et les partenaires commencent à voir lesquelles finiront par émerger. Le débat budgétaire consiste à voir où le curseur sera finalement placé entre partisans d'un certain effort sur les recettes et défenseurs d'un maximum d'austérité. Parmi les idées qui circulent, on évoque régulièrement celle d'un saut d'index ou d'une taxe sur les plus-values. On pourrait également toucher à la TVA.

  1. Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Réuni sur la côte, à Bredene, dans le cadre du festival ManiFiesta, le PTB a une nouvelle fois revendiqué dimanche la nécessité de mener une "politique de rupture" pour redonner du sens aux citoyens et repousser les extrêmes à droite, le racisme et le séparatisme. Mais à les entendre, les partis traditionnels n'ont toujours pas entendu le message de l'électeur le 26 mai dernier. Demandeur d'un vaste plan de réinvestissement public de 10 milliards d'euros, le PTB fustige notamment l'opération de privatisation des actifs de Nethys. "C'est ce genre de pratiques que nous reprochons aux dirigeants du parti socialiste. C'est une des raisons principales de notre rupture des négociations avec le PS pour un nouveau gouvernement wallon", a indiqué le président Peter Mertens.