Plein écran
Dans ce document, Marc Dutroux entre dans les détails, déborde de commentaires "salaces" et révèle des éléments inédits, mais qui sont "invérifiables et potentiellement gratuits". © photo_news

Ce qu'il faut retenir de la lettre de Marc Dutroux

VideoMarc Dutroux a envoyé un document de 44 pages à Jean-Denis Lejeune (le papa de Julie). Sa "vérité" va à l'encontre de la vérité judiciaire. Entre délires, irresponsabilité et commentaires salaces. Voici les moments importants du manuscrit.

 
Ai-je eu tort de consacrer plus de temps aux fillettes, plutôt qu'à mes propres enfants?
 
Ce que j'ai découvert à ma sortie de prison fin mars 1996 m'a profondément choqué et ulcéré, j'en ai été définitivement bouleversé, d'autant que je ne crois pas dans l'au-delà
Plein écran
Marc Dutroux accuse son ex-femme Michelle Martin. © belga
 
Alors que je me désespérais auprès de mon épouse (Michelle Martin) suite à la mort des petites, elle m’a dit que c’était mieux ainsi
 
Durant le procès, je n'ai pas trouvé le courage de vous regarder dans les yeux. Vous me le reprochez mais ça peut encore changer

"Je ne les ai pas kidnappées"
"Julie et Mélissa étaient dans mon salon quand je suis rentré à la maison le soir. Ma femme a dit qu'il s'agissait des nièces de Bernard Weinstein (ndlr: un complice de Marc Dutroux retrouvé enterré au même endroit que Julie et Mélissa). Elles resteraient quelques jours avec nous. Il n'y avait rien à soupçonner. Souvent, des enfants venaient jouer et dormir chez nous. Je ne savais pas qu'elles étaient portées disparues. Ce que j'ai découvert à ma sortie de prison fin mars 1996 m'a profondément choqué et ulcéré, j'en ai été définitivement bouleversé, d'autant que je ne crois pas dans l'au-delà... Mes jambes ont failli me trahir lorsque cette vision m'a fait comprendre l'horreur de la situation qui avait été imposée à deux petits anges. Julie était couchée sur le dos, à même le bois du sommier et Mélissa était assise sur le bois du sommier aussi. Le matelas était replié sur lui-même. C'était une scène d'une tristesse infinie. Mélissa a commencé par me dire que Julie ne voyait plus rien et qu'elle ne savait plus se relever  Alors que je me désespérais auprès de mon épouse suite à la mort des petites, elle m'a dit que c'était mieux ainsi."

"Nous savons ce que c'est de perdre un enfant"
"Qui peut mieux comprendre et ressentir la détresse, la récolte, la colère et tous les autres sentiments négatifs qui rongent le coeur d'un père meurtri par la mort de son enfant qu'un autre père qui endure les mêmes tourments (ndlr: il fait allusion à une fausse-couche de Michelle Martin dans les années 80). Vous comprendrez pourquoi je dérange tant certaines personnes insoupçonnables en découvrant tout ce qui vous a peut-être échappé jusqu'ici. Pensez-vous que j'ai eu tort de privilégier les fillettes en leur consacrant bien plus de temps qu'à mes propres enfants, parce que j'avais estimé notamment qu'il fallait qu'elles soient aussi souvent que possible en liberté dans la maison et qu'il leur fallait aussi du contact humain ?"

"Ma conscience et mon coeur déchirés"
"Comprenez bien qu'avant cette libération, il n'était pas question de répondre à vos questions légitimes tant que les réponses que je vais vous donner étaient potentiellement préjudiciables à la libération conditionnelle de la mère de mes enfants. Je sais que cette lecture sera très pénible pour vous comme il m'est insupportable d'avoir à revivre ce qui n'a jamais cessé de déchirer ma conscience et mon coeur, avec la difficulté supplémentaire d'avoir à le faire par écrit."

"Je demande de la compréhension"
"Durant le procès, je n'ai pas trouvé le courage de vous regarder dans les yeux. Vous me le reprochez mais ça peut encore changer."