Plein écran
© reuters

Ce qu'il faut savoir à propos de l'attentat contre Charlie Hebdo

12 morts
Le siège de la rédaction de Charlie Hebdo, dans le XI arrondissement de Paris, a été le théâtre d'une horrible fusillade peu avant midi, faisant au moins douze morts dont deux policiers. Au moins deux hommes encagoulés ont fait usage d'armes automatiques au sein du siège du journal satirique. Leur voiture a été retrouvée mais les assaillants sont toujours en fuite. Une attaque qualifiée "d'acte d'une exceptionnelle barbarie" selon le président de la République, François Hollande. Neuf employés, dont les dessinateurs Cabu, Charb, Woliniski et Tignous, et deux policiers ont été tués. Quatre autres personnes ont été blessées dans un état jugé sérieux.

"Allah Akbar"
D'après certains témoins cités par une source policières, les agresseurs ont crié: Allah Akbar. Nous avons vengé le prophète ! Sur une vidéo de l'attaque filmée par un homme réfugié sur un toit, on entend un homme crier Allah Akbar ("Allah est le plus grand") entre les coups de feu.

Assassinats en lien avec une entreprise terroriste
Une enquête ouverte pour "assassinats en lien avec une entreprise terroriste". La brigade criminelle de la police judiciaire parisienne et la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) ont été chargées de l'enquête ouverte par la section antiterroriste du parquet de Paris.

"Une trentaine de coups de feu"
"J'ai entendu des coups de feu, j'ai vu des gars cagoulés qui sont partis en voiture. Ils étaient au moins cinq", a précisé Michel Goldenberg, un voisin de Charlie Hebdo. Un autre voisin, Bruno Leveillé, a raconté avoir entendu "à 11 h 30 pile, une trentaine de coups de feu pendant une dizaine de minutes."

"Une éternité"
"On a entendu des tirs de kalachnikov très nombreux", a ajouté  Benoit Bringet, journaliste à l'agence Premières Lignes. "Cela a duré de très, très longues minutes qui ont paru une éternité. On a vu deux hommes sortir, cagoulés, qui criaient et qui sont ensuite montés dans une voiture. On a ensuite encore entendu des tirs dans la rue."

"Ils se revendiquaient d'al-Qaida"
La dessinatrice Coco, qui travaille pour Charlie Hebdo, a été témoin de l'attaque. "J'étais allée chercher ma fille à la garderie. En arrivant devant la porte de l'immeuble du journal deux hommes cagoulés et armés nous ont brutalement menacées. Ils voulaient entrer, monter. J'ai tapé le code. Ils ont tiré sur Wolinski, Cabu (des dessinateurs décédés dans l'attaque, ndlr). Ça a duré cinq minutes... Je m'étais réfugiée sous un bureau... Ils parlaient parfaitement le français... Se revendiquaient d'al-Qaida", a-t-elle expliqué à l'Humanité.

Une campagne de mobilisation
Sur les réseaux sociaux, le hashtag #JeSuisCharlie a été créé en soutien aux victimes de l'attaque terroriste. "Toute la Maison Blanche est solidaire des familles de ceux qui ont été tués ou blessés dans cette attaque", a déclaré Josh Earnest, porte-parole du président américain Barack Obama, sur la chaîne MSNBC.

Pour suivre en direct les infos au sujet de l'attentat de Charlie Hebdo, cliquez ici

Football en live

home logo Borussia DortmundBVB
FIN
2-1
Paris SGPSG
away logo
home logo Atlético MadridATM
FIN
1-0
LiverpoolLIV
away logo