Plein écran
Franck Ribéry et sa femme Wahiba. © epa

Ce sera le dernier Mondial de Franck Ribéry

L'attaquant de l'équipe de France Franck Ribéry, qui doit rallier le Centre d'entraînement de Clairefontaine comme 17 autres Bleus dans la soirée mercredi, a annoncé à RTL que le Mondial 2014 au Brésil serait son dernier. "Ca sera ma dernière coupe du monde (au Brésil). Après il faut y aller pour faire quelque chose, pour essayer de gagner la Coupe du monde, tout simplement", a affirmé Ribéry.

Plein écran
© getty
Plein écran
© ap

Le leader d'attaque des Bleus, âgé de 31 ans, en aura 35 en 2018. S'il entend ne pas disputer le prochain Mondial en Russie, il n'a pas pour autant annoncé sa retraite internationale et sera donc disponible pour le prochain Euro 2016 organisé en France. Au Brésil (12 juin-13 juillet), Ribéry jouera sa 3e Coupe du monde après celle qui l'a révélé en 2006 avec une finale à la clé, perdue contre l'Italie (1-1 a.p. 5-3 t.a.b), et la dernière en date en 2010, marquée par le fiasco de Knysna (grève d'entraînement des joueurs) et une piteuse élimination au 1er tour.

"Francky" qui a réussi cette saison le doublé coupe-championnat d'Allemagne avec le Bayern Munich, mais a échoué à conserver la Ligue des champions et à remporter le Ballon d'Or (3e), compte à ce jour 81 sélections en Bleu (16 buts). Il est attendu dans la soirée à Clairefontaine dans un groupe de 18 qui grossiront considérablement le contingent de sélectionnés. Ils seront au total 27 pour un premier dîner ensemble, en attendant l'arrivée des deux Madrilènes Benzema et Varane, après leur finale de la Ligue des champions samedi.

  1. Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Réuni sur la côte, à Bredene, dans le cadre du festival ManiFiesta, le PTB a une nouvelle fois revendiqué dimanche la nécessité de mener une "politique de rupture" pour redonner du sens aux citoyens et repousser les extrêmes à droite, le racisme et le séparatisme. Mais à les entendre, les partis traditionnels n'ont toujours pas entendu le message de l'électeur le 26 mai dernier. Demandeur d'un vaste plan de réinvestissement public de 10 milliards d'euros, le PTB fustige notamment l'opération de privatisation des actifs de Nethys. "C'est ce genre de pratiques que nous reprochons aux dirigeants du parti socialiste. C'est une des raisons principales de notre rupture des négociations avec le PS pour un nouveau gouvernement wallon", a indiqué le président Peter Mertens.