Plein écran
La joie de Divock Origi © reuters

Ces deux héros improbables de Liverpool: Origi le revenant et Wijnaldum le fâché

Liverpool a réalisé l'un des plus grands exploits de son Histoire en éliminant Barcelone de la Ligue des Champions au terme d'une incroyable remontada. Les Reds peuvent remercier les deux héros inattendus de leur folle soirée: Divock Origi, qui revient de très loin, et Georginio Wijnaldum, remplaçant au coup d'envoi.

Avant le miracle, il était déjà difficile d'imaginer Liverpool renverser la situation face à Barcelone. Mais alors celui qui était en mesure de prédire les deux artisans majeurs de cette qualification légendaire est tout simplement un visionnaire.

Mohamed Salah, Roberto Firmino et Naby Keita absents, les supporters des Reds les plus optimistes devaient certainement miser sur Sadio Mané ou Virgil van Dijk pour montrer le chemin de la victoire. Les deux stars ont été grandioses, mais ce sont bien Divock Origi et Georginio Wijnaldum qui ont endossé le costume de héros.

Origi, revenu de nulle part

Plein écran
© afp
Plein écran
© epa
Plein écran
© reuters

100 petites minutes en Ligue des Champions, onze petites apparitions dont trois titularisations en Premier League... La saison de Divock Origi ressemblait jusqu'ici à un long chemin de croix. Totalement éclipsé par les stars offensives des Reds, le Belge a pris son mal en patience. Avant de retrouver la lumière suite à la blessure de Roberto Firmino.

L'ancien Lillois a marqué de précieux points face à Newcastle samedi en inscrivant déjà le but de la victoire. Suffisant pour convaincre Klopp de l'aligner d'entrée lors du match retour face au Barça. Le technicien allemand n'a pas été déçu. Le Diable a d'abord montré la voie à ses coéquipiers en ouvrant rapidement le score (9e), mais il a surtout été l'auteur du quatrième et dernier but anglais, celui de la qualification (79e).

Un improbable doublé pour l'attaquant de 24 ans, devenu le 50e joueur à marquer pour Liverpool en Ligue des champions. Divock Origi a surtout inscrit ses deux premiers buts de sa carrière dans cette compétition... sur ses deux premiers tirs cadrés. Certainement la performance la plus aboutie de sa carrière. Il y a un an jour pour jour, il bataillait avec Wolfsburg pour le maintien en Bundesliga. Hier soir, il a envoyé Liverpool en finale de la Ligue des Champions.

Wijnaldum avait la rage

Plein écran
© epa
Plein écran
© afp
Plein écran
© ap

À la différence d'Origi, Georginio Wijnaldum est un titulaire régulier de Liverpool cette saison. Mais le médian a débuté cette rencontre importantissime sur le banc. Choix de Jürgen Klopp, qui a préféré aligner Fabinho, Milner et Henderson dans l'entrejeu. Le Néerlandais avait été en grandes difficultés lors du match aller, titularisé au poste inédit d'attaquant.

Pour Wijnaldum, il s'agissait donc d'un véritable affront d'être remplaçant pour cette manche retour après ne pas avoir été mis dans les meilleures conditions à l'aller. "J'étais fâché contre le coach Jürgen Klopp qui m'avait mis sur le banc. Alors, quand je suis entré, il fallait que je fasse quelque chose, que j'aide l'équipe. Et j'ai mis deux buts, mais c'est une belle performance d'équipe", a-t-il expliqué au micro de BT Sport.

L'ancien joueur du PSV s'est servi de cette frustration pour effectuer une montée au jeu fracassante. Apparu sur la pelouse pour le début de la seconde période, le milieu de terrain a trouvé le chemin des filets deux fois en l'espace de dix petites minutes. Il faut remonter à 2007, et un autre Néerlandais Ryan Babel, pour retrouver un remplaçant des Reds ayant inscrit deux buts en Ligue des champions.

  1. Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Réuni sur la côte, à Bredene, dans le cadre du festival ManiFiesta, le PTB a une nouvelle fois revendiqué dimanche la nécessité de mener une "politique de rupture" pour redonner du sens aux citoyens et repousser les extrêmes à droite, le racisme et le séparatisme. Mais à les entendre, les partis traditionnels n'ont toujours pas entendu le message de l'électeur le 26 mai dernier. Demandeur d'un vaste plan de réinvestissement public de 10 milliards d'euros, le PTB fustige notamment l'opération de privatisation des actifs de Nethys. "C'est ce genre de pratiques que nous reprochons aux dirigeants du parti socialiste. C'est une des raisons principales de notre rupture des négociations avec le PS pour un nouveau gouvernement wallon", a indiqué le président Peter Mertens.