Plein écran
© Capture d'écran

Cette ex-journaliste de Charlie Hebdo menacée de mort après ses propos sur l'islam

VideoAncienne journaliste de Charlie Hebdo, Zineb El Rhazoui fait l'objet d'une campagne de haine sur les réseaux sociaux après des propos critiques sur l'islam. Elle a décidé de porter plainte.

Ancienne journaliste de Charlie Hebdo, Zineb El Rhazoui fait l'objet d'une campagne de haine sur les réseaux sociaux après des propos critiques sur l'islam. Elle a décidé de porter plainte.

Menaces de mort, appels au viol, insultes, harcèlement: depuis plusieurs jours, la militante des droits de l'homme franco-marocaine doit faire face à des messages de haine sur Twitter et Facebook. En cause : son intervention sur l'islam vendredi dernier sur la chaîne CNews.

"Il faut que l'islam se soumette à la critique, qu'il se soumette à l'humour, qu'il se soumette aux lois de la République, qu'il se soumette au droit français. On ne peut pas venir à bout de cette idéologie en disant aux gens "l'islam est une religion de paix et d'amour"", avait-elle déclaré.

"L'impunité doit cesser"

Depuis lors, l'ex-journaliste de Charlie Hebdo, sous protection policière depuis les attentats qui ont décimé la rédaction du journal, a reçu d'innombrables messages de haine. La jeune femme de 36 ans est connue pour ses prises de position hostiles à l'islam politique. Elle reçoit régulièrement des menaces de mort de la part d'intégristes musulmans et autres anonymes. Cette fois-ci, elle a décidé de porter plainte pour "menaces de mort", confirme son avocat.

"L'urgence a bien été comprise par la police et le parquet", assure Me Thibault de Montbrial dans Le Figaro. "Nous avons transmis les messages incriminés aux enquêteurs qui vont faire des réquisitions auprès de Facebook et Twitter pour remonter jusqu'à leurs auteurs". "L'impunité doit cesser", prolonge Zineb El Rhazoui. "Quatre ans après l'attentat de Charlie Hebdo, la situation est pire que jamais.

Mercredi, la jeune femme avait réitéré ses propos sur la chaîne Cnews. "Ce n'est pas la première fois que je subis une campagne de haine, et même de fatwa qui réclame ma tête, tout ça pour des propos de bon sens, comme ceux que j'ai tenus vendredi. Ce sont des propos que je réitère. L'islam doit se soumettre aux lois de la République, à l'humour, à la raison, à la critique, comme toutes les autres religions. Il n'y a pas de raison pour que l'islam fasse exception. D'ailleurs, cette campagne de haine est la confirmation que je ne me trompe pas de combat et qu'il y a là un abcès qu'il faut crever".