Plein écran
© photo_news

Charles Michel demande à Theo Francken de ne "pas jeter d'huile sur le feu"

VideoLe Premier ministre Charles Michel a appelé dimanche son secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration, Theo Francken (N-VA), à ne pas "jeter d'huile sur le feu" à propos de la crise politique en Catalogne.

D'après Theo Francken, le président catalan destitué par Mardrid, Carles Puigdemont, pourrait faire une demande d'asile politique à la Belgique. Le secrétaire d'Etat s'est également demandé si M. Puigdemont - qui risque des poursuites pour "désobéissance" et malversation de fonds" pour avoir convoqué le référendum interdit du 1er octobre sur l'indépendance de la Catalogne, voire des poursuites pour "rébellion" - pourrait être assuré d'un procès équitable en Espagne.

Ces déclarations ont été qualifiées "d'inacceptables" par le porte-parole du Parti populaire (conservateur) au pouvoir en Espagne, Esteban Gonzalez Pons, qui a précise espérer qu'une "correction y sera apportée immédiatement".

"Pas à l'ordre du jour"
Une éventuelle demande d'asile de M. Puigdemont n'est "absolument pas à l'ordre du jour", a précisé dimanche Charles Michel à Belga, réitérant son appel au dialogue entre les autorités espagnoles et catalanes. "Je demande à Theo Francken de ne pas jeter de l'huile sur le feu", a ajouté le Premier ministre.

Auto start Auto next Pub delayed Admin name :

"Ce n'est pas intelligent de lancer des déclarations de ce genre"
Le vice-premier ministre Open Vld Alexander De Croo n'a pour sa part pas apprécié les propos de Theo Francken. "Ce n'est pas intelligent de lancer des déclarations de ce genre", a-t-il indiqué. "De tels propos n'aident pas et ne constituent pas la position du gouvernement. Il est important de calmer les esprits plutôt que de les exciter", a ajouté le libéral flamand.

La cheffe de groupe cdH à la Chambre, Catherine Fonck, a de son côté appelé M. Michel à clarifier la position du gouvernement belge, "en ne se limitant plus à parler de dialogue entre l'Espagne et la Catalogne, mais en rappelant le nécessaire respect de l'Etat de droit, des règles constitutionnelles et des décisions de Justice".

Le chef de groupe PS à la Chambre, Ahmed Laaouej, et la députée socialiste Julie Fernandez ont également vivement critiqué la sortie du secrétaire d'Etat sur Twitter. "A la fin, qui décide de la conduite du gouvernement Michel à l'international : Francken, la N-VA, ou Michel", s'est notamment demandé M. Laaouej, tandis que Mme Fernandez a entre autres estimé que "les recadrages" de Theo Francken avaient "maintenant une portée internationale".