Plein écran
© afp

Charlie Hebdo: "Corps à terre, mares de sang"

Les témoins de la terrible attaque contre Charlie Hebdo racontent l'effroi de l'attentat. "Vers 11h30, deux hommes, armés d'une kalachnikov et d'un lance-roquette, ont fait irruption" au siège du journal satirique dans l'est parisien. Un échange de feu a eu lieu avec les forces de l'ordre, a décrit une source proche de l'enquête.

En quittant les lieux, les deux agresseurs ont blessé par balle un policier. Ils ont ensuite pris la fuite en voiture, braqué un automobiliste porte de Pantin et percuté un piéton. "Je pense qu'il y a des victimes", avait déclaré juste après par téléphone à l'AFP le dessinateur Renaud Luzier, dit Luz, visiblement paniqué.

Un journaliste qui travaille dans des locaux en face de Charlie Hebdo a décrit sur iTELE "des corps à terre, des mares de sang, des blessés très graves". "Les gens de Charlie Hebdo sont venus s'asseoir dans nos locaux pour être un peu au calme", a-t-il raconté. "J'ai entendu des coups de feu, j'ai vu des gars cagoulés qui sont partis en voiture. Ils étaient au moins cinq", a déclaré à l'AFP Michel Goldenberg, qui a son bureau dans la même rue que Charlie Hebdo, la rue Nicolas Appert.

Un autre voisin, Bruno Leveillé, a raconté à l'AFP avoir entendu "à 11h30 pile, une trentaine de coups de feu pendant une dizaine de minutes". Selon un témoin auditif, employé du théâtre situé derrière le siège de l'hebdo, "c'était fort, répété, très impressionnant, on a eu peur".

Dans un atelier voisin, une dizaine d'employés se sont réfugiés dans une pièce. "Il y a eu plusieurs tirs, des échanges avec les policiers", témoigne l'un d'eux, indiquant que les policiers du commissariat à proximité sont arrivés très vite.

L'avocat de l'hebdomadaire, Richard Malka, a précisé sur iTELE que Charlie Hebdo "faisait l'objet d'une protection policière depuis l'affaire des caricatures de Mahomet et jusqu'à aujourd'hui. Charb était protégé par le service de protection des personnalités. Les menaces étaient constantes. C'est effrayant".