Plein écran
© Facebook

Conchita Wurst, l'alter ego de Tom Neuwirth

VideoL'Europe a découvert hier soir avec étonnement la victoire à l'Eurovision 2014 de Conchita Wurst, à la ville, Tom Neuwirth.

Plein écran
Une station de radio, "88,6", a diffusé pendant quatre heures sans interruption sa ballade que beaucoup comparent... aux musiques de film de James Bond des années 60. © epa
Plein écran
© getty

Dimanche, après sa victoire, Conchita Wurst a retrouvé l'Autriche, dont le président a, comme bien d'autres en Europe, salué le message de "tolérance" envoyé par sa victoire. L'extrême droite du FPÖ, qui avait jugé avant la compétition Conchita Wurst "ridicule", a estimé "dans l'ordre des choses que les gens se réjouissent quand il y a une victoire".

Une victoire qui n'a pas plu à tout le monde
Cet hymne à la diversité n'a pas plu dans les milieux traditionnels de plusieurs pays d'Europe orientale, notamment en Russie. Des pétitions ont circulé toute la semaine contre l'abomination Conchita Wurst, des pages indignées ont fleuri sur Facebook. Et dimanche matin, le vice-Premier ministre russe, Dmitri Rogozine, a twitté que le palmarès de l'Eurovision "donne un aperçu aux partisans de l'intégration européenne de ce qui les attend en rejoignant l'Europe, à savoir une femme à barbe".

En Espagne à l'inverse, le journal "El Pais" a applaudi Conchita Wurst, jugeant son talent artistique "au moins aussi fort que son apparence extérieure." En France, l'Inter LGBT, qui fédère des associations de défense des lesbiennes, gays, bi- et transsexuels, a salué "une victoire de la tolérance, un message très fort, compte tenu des propos homophobes et transphobes tenus avant la compétition, notamment en Europe de l'Est". Conchita est toutefois arrivée en troisième place du vote des téléspectateurs russes, un résultat qui fait relativiser les commentaires sur une partition de l'Europe entre Est et Ouest sur la question homosexuelle.

"Rien ne peut nous arrêter"
Conchita Wurst, qui a souffert de sa différence au cours de son enfance dans une petite ville autrichienne, assume sans hésiter le caractère militant de son personnage : "Rien ne peut nous arrêter", a-t-elle lancé sur scène à Copenhague, aussitôt après sa victoire. Elle a enfoncé le clou dimanche à l'aéroport de Vienne : "La victoire d'hier n'était pas que pour moi, mais aussi pour les gens qui croient dans un avenir sans discrimination (...) et pour certains hommes politiques que nous connaissons tous".

Vingt-six ans en novembre prochain, Tom Neuwirth s'est fait connaître dans son pays en 2007 avec sa participation au télé-crochet "Starmania". Il termina deuxième de cette version autrichienne de "X-Factor". Des vidéos de ses prestations de l'époque - il interpréta "Goldfinger" pour la finale -  sont d'ailleurs toujours disponibles sur la Toile.  

Toujours en 2007, après un passage dans un boys-band, "Jetzt anders!", formation à la vie très courte, et un passage à vide de quatre ans, Tom, ou plutôt Conchita Wurst, participe à l'émission TV "Die Grosse Chance" ("La grande occasion"). L'Autriche découvre alors son personnage de travesti barbu mais il ne convainc pas. Ce n'est que l'année suivante qu'il est sélectionné pour représenter son pays à l'Eurovision. On connaît la suite...

Football en live

home logo KRC GenkGNK
FIN
1-0
AnderlechtAND
away logo