Plein écran
© photo_news

De Bruyne, Alderweireld et Mertens ont-ils fait le bon choix?

Si la saison 2012-2013 a été exceptionnelle en terme de productivité de nos Diables Rouges, la campagne actuelle leur sourit moins. Trois joueurs ne sont pas dans une position idéale, après avoir changé de club: Kevin De Bruyne, Toby Alderweireld et Dries Mertens. A quelques jours des derniers matchs qualificatifs et à l'aube de la Coupe du Monde, voilà qui n'est pas idéal.

Plein écran
© epa
Plein écran
© photo_news
Plein écran
© afp

Kevin De Bruyne: remplaçant, pas plus
Il avait sorti une excellente préparation et avait même été l'homme du match contre Hull City, lors de la première journée de Premier League. Mais depuis, Kevin De Bruyne doit se contenter d'un rôle de remplaçant. Il n'a regoûté qu'à la compétition que ce mardi, en League Cup, face à la modeste équipe de Swindon. Une partie au cours de laquelle il n'a pas vraiment réussi à se mettre en évidence. Pion essentiel de l'échiquier de Marc Wilmots, son manque de temps de jeu est une vraie tuile pour le sélectionneur fédéral. Doit-il le maintenir dans l'équipe, au risque qu'il soit en manque de rythme? Ou faudra-t-il faire de la place à un autre joueur sur le flanc? Si sa situation n'évolue pas, De Bruyne va devoir trouver une solution en janvier.

Toby Alderweireld: il n'a toujours pas joué
Même si ce n'est pas le joueur le plus populaire et médiatique du groupe, le cas de Toby Alderweireld est également problématique. Il n'a toujours pas disputé la moindre minute avec l'Atletico Madrid, où il a débarqué en fin de mercato. Or, il est le seul joueur à s'être vraiment imposé au back droit en équipe nationale. S'il ne joue plus, pas sûr que Marc Wilmots décide de le laisser titulaire. Mais qui peut-on mettre à sa place?

Dries Mertens: joker
Tant en équipe nationale qu'à Naples, Dries Mertens doit se contenter d'un rôle de joker. Il a été titularisé mercredi soir face à Sassuolo (1-1), Rafa Benitez ayant décidé de faire tourner son effectif. Plutôt bon à cette occasion, il n'est pas le premier choix du coach espagnol. Il faut dire que la concurrence est rude au sein de l'effectif vice-champion d'Italie: Insigne, Hamsik, Pandev, Callejon, ...

Plein écran
© afp
Plein écran
© reuters