Début d'un exercice sans précédent de défense des civils en Israël

Israël a lancé dimanche matin un exercice d'alerte et de défense passive, d'une ampleur sans précédent, simulant des attaques de missiles, de roquettes et une vague d'attentats, a annoncé un porte-parole militaire.

Cet exercice, qui doit durer cinq jours, va permettre de tester les capacités du pays à répondre à des tirs de roquettes depuis le Liban et la bande de Gaza, et de missiles depuis l'Iran ou la Syrie, ont indiqué des responsables du ministère de la Défense.

Selon les scénarios qui seront testés, les services de secours, de l'armée, de la police, les municipalités, les ministères vont tester les procédures de défense de la population civile confrontée à des attaques, de type conventionnel mais aussi chimiques ou bactériologiques.

"Nos ennemis considèrent que l'arrière constitue notre point faible, nous nous devons de renforcer ce front et d'être prêt à faire face à toute situation", a affirmé à la radio militaire, le vice-ministre de la Défense Matan Vilnaï.

Le moment fort se déroulera mardi matin lorsque les sirènes sonneront dans tout le pays pour prévenir de l'imminence d'attaques, appelant la population à descendre dans un temps record, ne pouvant dépasser trois minutes, aux abris.

De son côté, le gouvernement israélien simulera des réunions du cabinet au cours desquelles les ministres devront prendre des décisions face à de tels scénarios.

Il s'agira du troisième exercice de ce type depuis la guerre entre le mouvement chiite libanais Hezbollah et Israël durant l'été 2006, au cours de laquelle un million de personnes dans le nord d'Israël avait vécu sous le feu des roquettes tirées depuis le territoire libanais.

Cet exercice intervient quelques jours après celui mené par l'armée israélienne durant quatre jours pour tester ses capacités à se défendre contre d'éventuelles attaques aériennes lancées depuis la Syrie ou l'Iran.

Il s'agissait du premier exercice simulant des attaques menées depuis l'Iran, distant de plus de 1.000 km, a souligné un porte-parole militaire. (belga/th)