Plein écran
© belga

Dehaene se souvient de l'accession au trône d'Albert

"Il est clair que, progressivement et indépendamment de qui est sur le trône, la fonction royale évoluera encore", a estimé mercredi l'ancien Premier ministre Jean-Luc Dehaene, même si la Belgique n'est "pas mûre" pour une monarchie protocolaire.

Interrogé dans les couloirs du Parlement européen à Strasbourg, l'eurodéputé s'est souvenu de l'accession au trône d'Albert II. "J'étais Premier ministre à la mort du Roi Baudouin. C'est moi qui ai eu le premier contact avec le Prince Albert (...) d'abord au téléphone, puis physiquement à Motril", où Baudouin est décédé.

"A l'époque, tout le monde pensait au Prince Philippe" pour la succession, mais constitutionnellement il revenait à Albert d'assumer cette responsabilité, ce qu'il a accepté immédiatement, note M. Dehaene.

La fonction fait l'homme
Aujourd'hui, Philippe est prêt à succéder à son père, poursuit-il, jugeant que la fonction fait l'homme. "Ce que les gens disent n'est pas nécessairement la vérité".

La fonction royale évoluera encore indépendamment de la personnalité du souverain, estime encore l'ancien Premier ministre, qui rappelle à quel point elle a changé au fil des décennies. "Albert Ier présidait certains Conseils des ministres", souligne-t-il.

"Je ne crois pas que nous soyons mûrs pour faire le pas (de la monarchie protocolaire) comme aux Pays-Bas", conclut M. Dehaene, mais "il est clair que, progressivement et indépendamment de qui est sur le trône, la fonction royale évoluera encore".

  1. Ces communes bruxelloises où le marché immobilier explose

    Ces communes bruxelloi­ses où le marché immobilier explose

    À Bruxelles, la moitié des biens immobiliers ont été vendus à un prix supérieur à 410.000 euros en 2019. C'est le prix médian le plus élevé en Belgique. Comme ailleurs dans le pays, l'immobilier se maintient ou augmente légèrement (+3,8% sur la région sans tenir compte de l'inflation). Dans certaines commune de la capitale par contre, le marché explose. A Saint-Gilles, Jette, Schaerbeek et Ixelles, le prix médian a augmenté de 10 à 16% l'an dernier.
  2. Colruyt limite les bons de réduction: “7.000 coupons à la caisse, ça n’est plus possible”
    Play

    Colruyt limite les bons de réduction: “7.000 coupons à la caisse, ça n’est plus possible”

    Un caddie rempli de sodas pour quelques euros? Le stock annuel de produits d’entretien en échange de quelques pièces? Colruyt est la première chaîne de grands magasins à mettre un terme à l’extreme couponing, un phénomène qui consiste à accumuler des promotions grâce à une pile de bons de réduction. Des règles plus strictes seront appliquées dans tous les magasins du groupe Colruyt à partir du 2 mars. “Il ne sera plus possible de faire passer 7.000 coupons à la caisse.”