Plein écran
Archives © photo_news

Des détenus sur les toits de la prison de Nivelles

UpdateLa police a dû intervenir dimanche à la prison de Nivelles (Brabant wallon) en raison de la présence de plusieurs détenus sur les toits de l'établissement, a-t-on appris lundi auprès de l'administration pénitentiaire et de source syndicale. Un second incident a été constaté lundi matin au sein de la prison nivelloise.

Refusant de réintégrer leurs cellules respectives au terme de leur période de préau, sept détenus se sont rassemblés dimanche en fin d'après-midi sur les toits de la prison nivelloise pour marquer leur mécontentement. Ils en ont été délogés par la police, avant d'être emmenés au cachot. Leur colère serait liée à l'arrivée récente d'un codétenu, lequel aurait bénéficié de faveurs du chef de la direction de la prison. 

Entendant couper court à certaines rumeurs, le porte-parole de l'administration pénitentiaire a précisé lundi qu'aucune prise d'otage n'avait été perpétrée et qu'aucun agent pénitentiaire n'avait été blessé lors de l'incident. 

Lundi matin, un autre détenu a lui aussi exprimé son mécontentement en commettant des dégradations dans sa cellule. Cet incident ne serait cependant pas lié aux faits perpétrés la veille, indique un délégué syndical de la prison de Nivelles.

Trois gardiens de Forest interpellés
Trois gardiens de la prison de Forest ont été interpellés lundi matin dans le cadre d'une instruction relative à des mauvais traitements sur des détenus, a révélé lundi le quotidien La Dernière Heure (DH). L'information a été confirmée de source judiciaire. Les auditions sont en cours. Le parquet de Bruxelles se refuse à ce stade à émettre des commentaires. 

Des perquisitions ont été menées à leurs domiciles respectifs. Le parquet de Bruxelles avait confirmé fin avril dernier qu'une instruction était ouverte à la suite de plaintes émanant entre autres de détenus. 

Les trois hommes interpellés sont suspectés d'appartenir à un petit groupe isolé de gardiens se faisant surnommer "les SS". La DH précise qu'une femme est également suspectée dans ce dossier, mais n'a pour l'instant pu être interpellée étant donné qu'elle est en vacances. Les plaintes font entre autres état de coupures d'électricité arbitraires dans les cellules.