Des panneaux scandaleux à Lommel

UpdateLa ville de Lommel, dans le Limbourg, a retiré 41 panneaux avec le message "attention traversée d'illégaux". Les panneaux avaient été placés par des activistes du Voorpost, une organisation d'extrême droite, rapporte lundi la VRT, une information confirmée par les autorités communales.

Lommel accueille actuellement 800 demandeurs d'asile dans son centre temporaire Parelstrand. Récemment, Fedasil a décidé de garder ce centre ouvert cinq mois de plus, jusqu'à la fin du mois d'août.

Devant les écoles
"Les panneaux se trouvaient surtout devant différentes écoles, où les enfants des demandeurs d'asile sont scolarisés. Il était donc urgent de les retirer", a indiqué le premier échevin, Peter Vanderkrieken (CD&V).

Autocollants
Ceux-ci ont été retirés dimanche matin par la police. De nombreux autocollants du Voorpost ont également été trouvés sur des bâtiments et panneaux de signalisation de Lommel.

Enfants visés
Le collège communal condamne l'action du Voorpost. "Nous avons été scandalisés qu'une action soit menée de cette manière contre un groupe de personnes qui séjournent ici temporairement. Des agissement pareils où on commence aussi à viser les enfants, c'est complètement inapproprié", a commenté M. Vanderkrieken.

Image salie
Le bourgmestre Bob Nijs (CD&V) a porté plainte contre X à la police. "Nous trouvons dommage que le Parelstrand soit ainsi mis en lumière sous un mauvais jour, alors que nous faisons tout pour tirer le meilleur de notre communauté", a réagi l'édile. "Nous regrettons qu'un petit groupe de personnes ait réussi à donner ainsi une image négative."

Voorpost nie être impliqué


"C'est un peu scandaleux d'avoir directement montré Voorpost du doigt. Nous avons appris la nouvelle dimanche à la radio. Nous n'étions pas au courant et nous revendiquons toutes les actions du Voorpost", a assuré Nick van Mieghem, responsable des actions de l'organisation.

Rapprochement simpliste?
"Le bourgmestre est tombé bien bas s'il se base uniquement sur les autocollants retrouvés dans le quartier. Si les rues sont remplies d'autocollants du CD&V, le bourgmestre et son parti sont automatiquement responsables? Je n'aurais jamais fait de telles déclarations", a poursuivi le militant.

No comment
Voorpost ne souhaite cependant pas commenter l'action elle-même. "Ce n'est pas à nous de nous exprimer à ce sujet", estime Nick van Mieghem.