Plein écran
© Belga

Dirk De Wolf, ancien vainqueur : "Une nouvelle arrivée à Liège-Bastogne-Liège, c'est tout bon pour le spectacle"

En 1992, Dirk De Wolf remporte la première édition de La Doyenne qui se termine à Ans. 27 ans plus tard, Liège-Bastogne-Liège bénéficie d'une nouvelle arrivée. "Gageons que cela donnera une course plus animée", prédit De Wolf. "Les grimpeurs devront épuiser des sprinters comme Matthews."

"Liège-Bastogne-Liège demeure évidemment la plus belle victoire de ma carrière", nous dit Dirk De Wolf en évoquant son plus grand triomphe. "Je ne figurais certainement pas parmi les meilleurs grimpeurs, mais si j'étais en forme, je pouvais aisément affronter une finale difficile. Surtout dans les conditions météorologiques de 1992. Il avait neigé sur la Baraque Fraiture. C'était une course pour des hommes avec du coffre. Steven Rooks, Tony Rominger, moi-même. Les grimpeurs légers avaient perdu pas mal de leur influx. Et c'était la première fois que l'arrivée se disputait à Ans. Nous avions bien reconnu la finale à l'avance. Ça aussi, ça a payé."

Une histoire de sprinters

La reconnaissance sera une nouvelle fois essentielle cette année, à en croire De Wolf. "La finale a complètement changé et les protagonistes feraient bien de s'y préparer. Je pense par exemple à la direction du vent. Autre facteur déterminant, la nature du parcours. Je ne doute pas que la course sera encore suffisamment dure, mais les coureurs qui ont terminé ces dernières années aux premières places devront s'y prendre différemment. Jusqu'à présent, ils pouvaient se contenter de contrôler la course et d'attendre la dernière côte sortir le grand jeu. Mais ça, c'est du passé."  

"Les grimpeurs et les punchers comme Wellens, Alaphilippe ou Lutsenko figurent toujours parmi les favoris, mais ils ne sont plus les seuls", explique De Wolf. "La physionomie de la course a pas mal changé. Peter Sagan et Michael Matthews, pour n'en citer que deux, sont des survivants. Après la dernière côte (la Côte de la Roche-aux-Faucons, ndlr), les coureurs empruntent une longue descente vers le boulevard d'Avroy, théâtre de la nouvelle arrivée. Les sprinters ont donc tout le loisir de récupérer et de se mêler au sprint pour la gagne. Les autres candidats devront donc faire exploser la course pour épuiser les sprinters."

Astana

"Ces dernières années, un peloton de plus d'une centaine de coureurs se promenaient quasiment jusqu'au sommet de La Redoute. Maintenant, ils vont devoir s'y donner à fond. Ce sera tout bon pour le spectacle. Qui va mener cette lutte? Astana me paraît l'équipe idéale pour cela. Ces dernières semaines, j'ai parlé à Laurens De Vreese. C'est Astana qui va mettre le feu aux poudres, m'a-t-il confié. Philippe Gilbert, toujours un peu mon poulain, a prouvé ces dernières années que lui aussi en était parfaitement capable. Sans oublier les coureurs Lotto Soudal au service de Tim Wellens, bien sûr. Pour lui, la victoire semble devenir de plus en plus ardue. Mon favori numéro un? Inscrivez Matthews. Il a tout du survivant type. Nous l'avons encore vu mercredi dernier à la Flèche Brabançonne." Les bookmakers de Bingoal se rallient-ils à l'avis de Dirk De Wolf à propos de Matthews? Ou qui avancent-ils comme favori sur ce parcours renouvelé?

Découvrez toutes les cotes pour les classiques ardennaises sur Bingoal.be.