Plein écran
© belga

Divorce avec la N-VA: les réactions politiques fusent

C'est officiel: le Premier ministre Charles Michel se défait de la N-VA dans son gouvernement suite à leur désaccord sur le pacte des migrations des Nations unies. Aussitôt, la classe politique a salué ou moqué la situation, selon les affinités:

Theo Francken

Maingain (DéFi): "Une nouvelle victoire pour le parlement"

"La N-VA mise hors-jeu. Une nouvelle victoire pour le parlement", a réagi samedi soir le président de Défi, Olivier Maingain, après le départ du gouvernement Michel des nationalistes flamands.

"Il a fallu la ténacité de l'opposition pour révéler la vraie nature de ce parti et forcer Charles Michel à renoncer à son alliance néfaste pour nos citoyens et déstabilisante pour notre pays", a précisé M. Maingain, en référence à la résolution demandant au gouvernement d'approuver le pacte migratoire et adoptée grâce au soutien de la plupart des partis d'opposition. 

Si les ministres N-VA n'ont pas présenté leur démission par écrit, il y a un problème constitutionnel, estime-t-il. "Seule issue leur révocation. En attendant, ajoute M. Maingain, il est "impossible" de nommer deux ministres pour garantir la parité linguistique.

Le chef de groupe N-VA à la Chambre Peter De Roover a émis un commentaire allant dans le même sens sur Twitter. "Je constate que les partis classiques apprécient la Constitution belge de façon très créative", a-t-il écrit. 

Wouter Beke (CD&V): "On ne peut échapper à ses responsabilités de demain en les évitant aujourd'hui"

"On ne peut échapper à ses responsabilités de demain en les évitant aujourd'hui." Le président du CD&V Wouter Beke a emprunté la célèbre formule du président des Etats-Unis Abraham Lincoln pour réagir à l'annonce faite par Bart De Wever de quitter le gouvernement Michel.

"Il est désormais temps de se concentrer sur d'autres dossiers. La qualité de vie et la protection" des citoyens. "Nous voulons aller de l'avant", a ajouté M. Beke via Twitter.

cdH: "Que ceux qui ont fait entrer la N-VA au gouvernement ne s'étonnent pas"

"Que personne ne s'étonne des positions de la N-VA ! Surtout pas ceux qui avaient décidé de les faire entrer dans le cockpit du gouvernement", a réagi samedi soir le cdH, après la conférence de presse des nationalistes flamands qui a scellé le sort de l'exécutif.

"MR et NVA se déchirent plutôt que de s'occuper des urgences des Belges. Urgences sociales, économiques et environnementales. On assiste à un cirque lamentable", a ajouté le parti démocrate humaniste via Twitter. "Nous avions prédit ce scénario il y a quatre ans et demi en refusant de rentrer dans ce gouvernement anti-Belge."

Le cdH réclame "enfin une vraie ambition" pour les citoyens, et des mesures pour leur "bien-être: soins de santé, énergie, pouvoir d'achat des familles et des classes moyennes".

Elio Di Rupo (PS): "L'espoir d'un nouveau pacte social pour les citoyens"

"La chute du gouvernement MR N-VA a le mérite de faire cesser sa politique anti-sociale et anti-démocratique", a réagi samedi soir le président du Parti socialiste, Elio Di Rupo, après la conférence de presse de la N-VA.

Cette fin annoncée de la coalition suédoise "signe l'espoir d'un nouveau pacte social pour les citoyens", a ajouté M. Di Rupo via Twitter.

Plus tôt dans la journée, le président du PS avait appelé Charles Michel "à ne pas céder" face à la N-VA, soulignant que "le vote du Parlement (avait) été très clair: PS, sp.a, MR, Open VLD, Ecolo, Groen, Défi, cdH, CD&V et PTB lui demandent d'adopter le Pacte au nom du gouvernement".

Après avoir quitté le conseil des ministres samedi soir, la N-VA a annoncé par la voix de son président qu'elle s'estimerait de facto boutée hors du gouvernement si Charles Michel se rendait à Marrakech pour approuver le pacte des Nations unies sur les migrations.

Clarinval: "Les engagements pris aux Nations Unies seront respectés"

"Les engagements pris aux Nations Unies seront respectés par le Premier ministre. Le MR regrette que la N-VA n'a pas changé de stratégie", a réagi samedi soir le chef de groupe David Clarinval à la Chambre.

Il n'y a pas eu d'accord samedi soir entre partenaires sur l'attitude du gouvernement fédéral vis-à-vis du pacte sur les migrations. La N-VA a fait savoir qu'elle se considérerait comme congédiée du gouvernement si le Premier ministre partait dimanche soir approuver le pacte à Marrakech. Le Premier ministre Charles Michel a constaté le départ de la N-VA du gouvernement.

Open VLD: "Pas de compromis possible sur les principes fondamentaux"

"Un compromis n'est pas possible sur les principes fondamentaux", a réagi la présidente de l'Open Vld, Gwendolyn Rutten, qui souligne qu'elle a néanmoins eu une bonne collaboration avec la N-VA.

"Une politique migratoire forte et humaine a besoin de collaboration internationale", a ajouté via Twitter Mme Rutten, après l'annonce de Bart De Wever qui semble sceller le sort du gouvernement Michel. "Nous devons maintenant nous attaquer à d'autres défis. Sans perdre de temps", a-t-telle précisé. 

Ecolo: "Chronique d'un échec annoncé"

L'énième crise qui secoue notre pays sonne l'échec du gouvernement, mais aussi et surtout l'échec du MR et de Charles Michel, juge Ecolo dans un communiqué. 

Pendant quatre ans et demi, Charles Michel n'a piloté ce gouvernement qu'avec un seul objectif: le reconduire à l'issue des élections du 26 mai. Il y a deux mois à peine, son président de parti déclarait d'ailleurs encore ouvertement tout son appétit pour une suédoise bis, rappellent les Verts.

Pour les coprésidents d'Ecolo, "le MR a permis à la N-VA de mettre en œuvre sa stratégie du chaos". Ce faisant, "il a laissé s'abîmer la Belgique toute entière". Tous les piliers de notre pays ont été mis à mal: la démocratie, les libertés, l'état social, jugent-ils. 

Pendant ces quatre ans et demi, le gouvernement MR-NV-A a fait de la "division" le moteur de son action. Aujourd'hui, le Premier Ministre feint de découvrir le vrai visage de la N-VA, "mais il est trop tard", estiment les Verts. "Les dégâts sont là: le pays n'est jamais apparu aussi divisé et rétrograde, que ce soit sur le dossier climatique comme sur tous les autres enjeux sociétaux".

Pour les coprésidents d'Ecolo, "des questions sociales aux questions climatiques en passant par les questions migratoires, tout est à faire et reconstruire".

Le PP veut des élections anticipées

Le Parti Populaire a exprimé  son soutien à la décision de principe de la N-VA. "Nous souhaitons des élections anticipées au plus tôt", a déclaré le président du parti, Mischaël Modrikamen. Lire l'article.

PTB: "Honte à vous!"

Le PTB a estimé samedi soir que le gouvernement s'est déchiré dans la "course à la Trump pour le vote d'extrême droite", comme l'a indiqué son porte-parole national Raoul Hedebouw sur Twitter.

"La coalition suédoise n'existe plus. La droite ne se déchire pas au sujet de la pauvreté galopante. La droite ne se déchire pas sur les taxes qui explosent. La droite ne se déchire pas sur les pensions beaucoup trop basses", a déclaré le député fédéral.

"La droite ne se déchire pas sur les catastrophes climatiques. Non, la droite elle se déchire dans la course à la Trump pour le vote d'extrême droite. Honte à vous!"