Plein écran
© ap

"DSK était surveillé par les services français"

Le journaliste américain Edward Epstein, qui publie un livre sur l'affaire du Sofitel de Manhattan, affirme que Dominique Strauss-Kahn était surveillé par les "services français" plusieurs semaines avant l'épisode du 14 mai 2011, dans une interview publiée samedi par Libération.

"Dominique Strauss-Kahn était déjà sous surveillance depuis plusieurs semaines et était devenu la principale cible des services français en février ou en mars 2011. Ils surveillaient ses faits et gestes, ils savaient ce qui lui est arrivé au Sofitel parce qu'ils avaient forcément quelqu'un de l'hôtel qui les informait", affirme Edward Epstein, qui publie un livre intitulé "Three Days in May" sur l'affaire Nafissatou Diallo.


Il reconnait néanmoins qu'il n'a "pas de preuve formelle" que DSK était surveillé. Edward Epstein est également l'auteur d'une interview de DSK publiée par le quotidien britannique The Guardian, dans laquelle l'ex-favori socialiste pour la présidentielle française accuse ses adversaires politiques, des personnes "liées à Nicolas Sarkozy", de s'être servis de l'affaire du Sofitel pour faire échouer sa candidature.

Dans Libération, il revient sur l'épisode, qu'il avait révélé en novembre 2011, de la "danse de la victoire" de deux employés de l'hôtel de Manhattan, enregistrée par des caméras de videosurveillance. Cette scène est intervenue, selon lui, après que la femme de chambre Nafissatou Diallo a donné son accord pour alerter la police new-yorkaise de l'agression sexuelle dont elle dit avoir été victime de la part de DSK le 14 mai 2011.

Epstein affirme que l'un des employés protagoniste de la danse de la victoire est également vu, grâce à la vidéosurveillance, en train d'observer DSK "quand il arrive le 13 mai" au Sofitel, "le suit encore quand il monte dans sa chambre", est "de nouveau là, à chaque instant" quand l'ex-patron du FMI quitte l'hôtel le lendemain, puis "retourne dans la chambre 2806" après les révélations de Nafissatou Diallo. "Tout cela est bien étrange", conclut Edward Epstein.

Il évoque aussi "une transcription dont disposeraient les services français relative à une conversation le 12 mai à l'hôtel W de Washington, entre DSK et le commissaire Jean-Christophe Lagarde". Ce commissaire est mis en examen dans l'affaire de proxénétisme du Carlton de Lille, dans laquelle DSK est également poursuivi pour "proxénétisme aggravé en bande organisée".

Le commissaire Lagarde avait été entendu fin 2011 par la "police des polices" (IGPN) après avoir mis en cause des services de renseignements français dans une surveillance de DSK. Selon Le Nouvel Observateur, il se serait "rétracté" lors de cette audition. La procédure pénale contre DSK a été abandonnée à New York, mais un juge doit se prononcer mardi sur la poursuite ou non d'une procédure civile engagée par la femme de chambre pour obtenir des dommages et intérêts.

  1. Téléchargez notre nouvelle app et remportez un iPhone Xr

    Téléchar­gez notre nouvelle app et remportez un iPhone Xr

    Vous rêvez d’un meilleur smartphone grâce auquel vous pourrez surfer sur 7sur7.be dans les meilleures conditions? Ça tombe bien, nous avons un iPhone Xr à vous offrir! Pour participer dès aujourd’hui, rien de plus simple. Il vous suffit de télécharger notre nouvelle application mobile. Une fois qu’elle sera téléchargée, rendez-vous dans l’article concours et participez en deux temps trois mouvements en cliquant ici. Bonne chance!
  2. “La preuve que les influenceurs sur Instagram gâchent tout”

    “La preuve que les influen­ceurs sur Instagram gâchent tout”

    C’est une attraction majeure à Bali: le temple Pura Lempuyang Luhur est surnommé “les portes du ciel”. Il apparaît régulièrement sur les photos des influenceurs du monde entier. Ce qui pousse les gens à le visiter. Récemment, une touriste déçue a crié sa colère sur les réseaux sociaux. Sur les photos des stars d’Instagram, on pourrait croire à l’existence d’un large plan d’eau au pied du temple. En réalité, ce n’est qu’un morceau de gazon qui accueille les visiteurs. Le plan d’eau est en fait une illusion donnée par un jeu de filtres et de lumière.