Plein écran
Elio Di Rupo, président du PS. © belga

Elio Di Rupo veut que l'État produise et vende du cannabis

VideoElio Di Rupo propose le contrôle, par l'État, de la production et la vente de cannabis. Un moyen selon lui "d'assécher les milieux criminels", détaille-t-il dans les colonnes de La Meuse.

"Il y a plus de 1,5 millions de personnes en Belgique qui déclarent avoir utilisé du cannabis. Pour en acheter, et surtout les jeunes, il faut se rendre dans les milieux criminels, mafieux, avec une qualité de cannabis épouvantable. Parfois, il y a du verre pilé à l'intérieur. Ces revendeurs incitent les jeunes à passer du cannabis aux drogues dures. Et ça coûte à l'État un argent épouvantable (...) On doit cesser de jeter nos jeunes dans les bras des milieux criminels", argumente le président du PS sur les ondes de Bel RTL ce jeudi matin.

Elio Di Rupo prend exemple sur d'autres pays comme le Canada, le Luxembourg ou certains États américains. "L'État pourrait prélever un impôt, et mener des campagnes de prévention intenses pour attirer l'attention des jeunes sur le danger que cela représente", dit-il encore. La distribution se ferait dans des "cannabis social clubs" interdits aux mineurs et où la qualité serait contrôlée.

Elio Di Rupo va déposer son projet de loi la semaine prochaine. Une proposition similaire du PS, alors portée par Laurette Onkelinx, avait été refusée en 2017.