Plein écran
Enterrement de Johnny Hallyday à la Madeleine en décembre 2017 © afp

Emmanuel et Brigitte Macron pris en otage par Laeticia Hallyday

La facture de l'enterrement du taulier à la Madeleine n'a toujours pas été réglée.

Plein écran
© afp
Plein écran
© afp

La nuit du 5 au 6 décembre, avant même que les aînés de Johnny Hallyday ne soient prévenus du décès de leur père, Laeticia a lancé un communiqué de presse et contacté son amie Brigitte Macron. Très vite, la Première dame et son chef de cabinet ont mis sur pied, dans la maison de Marnes-la-Coquette, ce qui allait devenir le grand hommage populaire à la Madeleine, en souvenir de l'idole des jeunes. 

Une cérémonie plus confidentielle
Épaulée par Sébastien Farran, la veuve du taulier a voulu une cérémonie somptueuse, avec un cortège, des fleurs, la présence du Président,... Le tout pour un coût exorbitant, ce qui allait être réglé plus tard. À l'époque, on ne leur demande pas leur avis mais Laura et David sont contre. Ils auraient aimé quelque chose de plus confidentiel. 

Un "hommage national"
Dans les semaines qui suivent, la facture arrive. On parle "d'hommage national" alors Laeticia n'a pas l'intention de payer. À l'Élysée, on s'insurge. Seules la sécurité et l'encadrement par la police lors de la descente sur les Champs-Elysées seront pris en charge par l'État. Proche des aînés de Johnny, Bernard Montiel raconte que David et Laura sont encore sidérés par cette affaire. Un an après d'ailleurs, la facture n'est toujours pas réglée.

  1. Bart De Wever assume les “razzias” à Anvers et se dit “fier” du travail mené avec Theo Francken

    Bart De Wever assume les “razzias” à Anvers et se dit “fier” du travail mené avec Theo Francken

    Le président de la N-VA et bourgmestre d'Anvers Bart De Wever n'a pas nié mardi sa collaboration avec le secrétaire d'État à l'Asile et la Migration de l'époque, Theo Francken (N-VA), pour des "razzias" policières à Anvers visant certaines nationalités en fonction du nombre de places disponibles en centre fermé et de la destination des vols de rapatriement qu'il qualifie d'"Air Francken".
  2. Jean-Luc Crucke annonce un front wallon contre  le monopole de Skeyes: “Trop is te veel!”
    Play
    Mise à jour

    Jean-Luc Crucke annonce un front wallon contre le monopole de Skeyes: “Trop is te veel!”

    "Trop is te veel", a déclaré mardi à Silly le ministre wallon en charge des Aéroports, Jean-Luc Crucke. "Skeyes n'est plus un partenaire en terme de fiabilité", a ajouté le ministre, qui a annoncé la création d'un front wallon "dur et déterminé" des aéroports et de la Sowaer (Société wallonne des aéroports) contre le gestionnaire du trafic aérien. De son côté, Brussels Airport demande une astreinte de 50.000 euros par vol touché, a-t-on appris.
  3. Ils refusent de travailler le dimanche: Cora les licencie pour “faute grave”
    Play

    Ils refusent de travailler le dimanche: Cora les licencie pour “faute grave”

    Le personnel d’un hypermarché Cora de Saint-Malo (Saint-Jouan-des-Guérets) est sous le choc. Les deux employés concernés carrément “dégoûtés”. Christelle Lorant travaillait en effet pour l’enseigne depuis 18 ans. Elle ne pensait pas que son refus de prester six dimanches matins par an entraînerait son licenciement immédiat. Et pour “faute grave”, de surcroît, c’est-à-dire sans préavis et sans la moindre indemnité de départ.