Plein écran
© ap

Emmanuel Macron à la manifestante grièvement blessée: "Il faut avoir un comportement responsable"

VideoDans les colonnes de Nice-Matin, Emmanuel Macron est revenu sur le cas de cette militante d'Attac, grièvement blessée par une charge policière alors qu'elle participait à la manifestation interdite des gilets jaunes samedi à Nice. Le président de la République lui a souhaité un "prompt rétablissement" et peut-être "une forme de sagesse". Une déclaration qui a suscité de vives réactions sur les réseaux sociaux.

"Je souhaite d'abord qu'elle se rétablisse au plus vite et sorte rapidement de l'hôpital, et je souhaite la quiétude à sa famille. Mais pour avoir la quiétude, il faut avoir un comportement responsable", a déclaré le président de la République à propos de Geneviève Legay, 73 ans, porte-parole locale d'Attac (Association qui milite pour la taxation des transactions financières et pour l'action citoyenne). "Quand on est fragile, (...) on ne se rend pas dans des lieux qui sont définis comme interdits et on ne se met pas dans des situations comme celle-ci", a-t-il prolongé.

Les propos du chef de l'Etat français ont provoqué une certaine indignation, notamment dans le chef de Jean-Luc Mélenchon. "Monsieur Macron, notre Geneviève de Nice n'a pas besoin de vos leçons de sagesse. Vous auriez beaucoup à apprendre d'elle. Elle milite pour le bien des autres. Et vous, vous la frappez au nom de quoi?", a réagi le leader de la France Insoumise.

La famille porte plainte

Dimanche, la garde des Sceaux a également adressé ses vœux de rétablissement à la manifestante tout en s'étonnant de sa démarche. "Je trouve tout de même curieux que lorsqu'une manifestation est interdite, comme c'était le cas à Nice, quelqu'un aille absolument avec la volonté de manifester à cet endroit-là", a indiqué Nicole Belloubet sur BFMTV. "Il y avait quelques périmètres, dans certaines villes, où les manifestations étaient interdites", a-t-elle détaillé. "A la suite de sommations, une personne qui y reste est susceptible de commettre un délit et c'est dans ce cadre-là que les événements se sont passés".

La famille de Geneviève Legay, 73 ans, va porter plainte pour "violences volontaires en réunion avec arme par personnes dépositaires de l'autorité publique et sur personne vulnérablee", a indiqué Me Arié Alimi, avocat de la famille, à l'AFP. L'avocat a précisé que la plainte, qui "sera déposée lundi à Nice", allait également "viser le préfet en qualité de complice par ordres".

Une enquête a été ouverte par le procureur de Nice, Jean-Michel Prêtre. "J'ai ordonné la saisie des images vidéo, par ailleurs d'excellente qualité, et fait des réquisitions auprès de l'hôpital Pasteur", a-t-il expliqué. La militante, venue défendre le droit de manifester samedi, souffre de plusieurs fractures au crâne et d'hématomes sous-duraux. Elle se trouve actuellement dans un état stable. Ses jours ne sont pas en danger.

Plein écran
© afp
Plein écran
© ap