Plein écran
© Google Street View

Employés à la STIB et à la commune, patron de bar: qui étaient les frères Abdeslam?

VideoIbrahim Abdeslam, l'un des terroristes qui s'est fait sauter à Paris vendredi, tenait un bar dans le quartier du Karreveld à Molenbeek, selon Le Parisien. Le 4 novembre, l'établissement a été fermé par les autorités pour trafic de stupéfiants. Salah, son frère, également impliqué dans les attentats, aurait travaillé deux ans à la STIB, selon la DH, avant d'être licencié. Quant à Mohamed, le troisième, il aurait travaillé pour la commune de Molenbeek, ce dont l'ancien bourgmestre, Philippe Moureaux, ne se souvient pas.

Plein écran
Salah Abdeslam © DR

Ibrahim Abdeslam, 31 ans, a déclenché sa ceinture d'explosifs devant la brasserie "Comptoir Voltaire" vendredi vers 21h45, sans faire de victimes. Son bar était connu pour être un "repaire de voyous", écrit Le Parisien. Suite aux plaintes du voisinage, la police intervient le 14 août et constate une forte odeur de stupéfiants, des restes de joints dans les cendriers. Elle dresse cinq PV à des clients en possession de drogue et fait fermer l'établissement.

"Jeudi encore, les frangins étaient là, souffle un de leur proche, sous le choc. Ils étaient comme d'habitude. Je n'ai rien remarqué."

Selon la DH et la RTBF, Mohamed a travaillé au sein de l'administration de Molenbeek où il était chargé de l'accueil des permanences sociales le lundi. Interrogé par RTLinfo, l'ex bourgmestre de la commune bruxelloise dit ne pas se souvenir de lui (voir vidéo ci-dessous). Enfin, Salah, qui fait actuellement l'objet d'une traque, aurait travaillé deux ans comme technicien au dépôt STIB d'Ixelles.

Mohamed a été interpellé puis remis en liberté tandis que son frère, Salah, est toujours en fuite. Les deux voitures utilisées lors des attentats ont été louées aux noms d'Ibrahim et Salah Abdeslam.

  1. Ces communes bruxelloises où le marché immobilier explose

    Ces communes bruxelloi­ses où le marché immobilier explose

    À Bruxelles, la moitié des biens immobiliers ont été vendus à un prix supérieur à 410.000 euros en 2019. C'est le prix médian le plus élevé en Belgique. Comme ailleurs dans le pays, l'immobilier se maintient ou augmente légèrement (+3,8% sur la région sans tenir compte de l'inflation). Dans certaines commune de la capitale par contre, le marché explose. A Saint-Gilles, Jette, Schaerbeek et Ixelles, le prix médian a augmenté de 10 à 16% l'an dernier.
  2. Colruyt limite les bons de réduction: “7.000 coupons à la caisse, ça n’est plus possible”
    Play

    Colruyt limite les bons de réduction: “7.000 coupons à la caisse, ça n’est plus possible”

    Un caddie rempli de sodas pour quelques euros? Le stock annuel de produits d’entretien en échange de quelques pièces? Colruyt est la première chaîne de grands magasins à mettre un terme à l’extreme couponing, un phénomène qui consiste à accumuler des promotions grâce à une pile de bons de réduction. Des règles plus strictes seront appliquées dans tous les magasins du groupe Colruyt à partir du 2 mars. “Il ne sera plus possible de faire passer 7.000 coupons à la caisse.”