Explosions à Boston: plus de 140 blessés, 3 morts dont un enfant

UpdateTrois personnes sont mortes, dont un enfant de huit ans, et au moins 140 autres ont été blessées lundi dans deux explosions presque simultanées à Boston près de la ligne d'arrivée du marathon, ont annoncé la police et les hôpitaux. Une troisième explosion a eu lieu environ une heure plus tard à la bibliothèque JFK, à quelques kilomètres de la ligne d'arrivée du marathon mais la police a annoncé que celle-ci était liée à un incendie. La police a également retrouvé "plusieurs engins explosifs" dans la ville. Le réseau GSM a été désactivé pour éviter toute activation de bombe à distance. Les habitants sont invités à rester chez eux. Dans une courte déclaration, Obama a déclaré "nous ne savons pas qui a fait ça ni pourquoi, mais nous trouverons."

Plein écran
© afp
Plein écran
© ap
Plein écran
© ap

Les deux explosions, au centre de la ville, se sont produites "simultanément", a annoncé le chef de la police Ed Davis, évoquant de "nombreuses victimes". Le bilan ne cessait lundi après-midi de s'alourdir. Vers 17H30 (22H30 GMT) le quotidien local, Boston Globe, faisait état de plus de 100 blessés. Dans ce contexte, le chef de la police a appelé la population à la prudence, lui recommandant de rester chez elle, tout comme le gouverneur du Massachusetts Deval Patrick. Et plusieurs villes, dont New York et Washington, ont renforcé leurs mesures de sécurité.

26.000 participants
Plus de 26.000 personnes participaient à la course, la plus ancienne des Etats-Unis, et les télévisions ont montré des images de panique, du sang sur les trottoirs de rues jonchées de débris, des véhicules de secours et des brancards... "Deux bombes ont explosé près de la ligne d'arrivée (...) nous travaillons avec la police pour savoir ce qui s'est exactement produit", ont indiqué les organisateurs du marathon sur leur page Facebook. Les deux explosions, dans un endroit très peuplé, se sont produites à quelques secondes d'intervalle, selon un scenario ressemblant fort à celui d'un attentat.

Plein écran
© ap
Plein écran
© reuters
Plein écran
© getty
Plein écran
© ap
Plein écran
© reuters
Plein écran
© getty

Une "énorme" explosion
"Nous avons vu des gens dont les jambes ont été soufflées", a raconté à l'AFP Mark Hagopian, propriétaire de l'hôtel Mark, situé près de la ligne d'arrivée du marathon. "L'un d'eux n'avait plus de jambes en dessous du genou, mais il était vivant", a-t-il ajouté, confirmant avoir entendu deux explosions. L'un de ces explosions "était énorme". "On en a senti le souffle sur notre figure".

Un autre homme a également raconté sur CNN qu'une des explosions était tellement forte qu'il avait cru que sa tête "allait éclater". Il y avait beaucoup de poussière, de la fumée, du verre", a-t-il dit, faisant également état de personnes "grièvement blessées".

"On a entendu deux explosions, et ma cousine devait traverser Commonwealth avenue là où on a entendu l'explosion", a rapporté à l'AFP un témoin, Zara Bielkus, âgée de 30 ans. "On dit qu'il y a des membres humains, des morceaux de corps", a-t-elle ajouté.

Les télévisions montraient des images de chaos, des rues jonchées de débris et des véhicules de secours portant des brancards. "J'ai vu deux explosions. La première s'est produite après la ligne d'arrivée. J'ai entendu une forte détonation et aperçu de la fumée", a déclaré Chris Cassidy, journaliste au Boston Herald.

Certains blessés ont été traités sur place, la tente médicale à l'arrivée du marathon transformée en salle de triage. D'autres ont été rapidement transportés dans les hôpitaux de la ville.

Plein écran
© ap
Plein écran
© getty

La sécurtié renforcée dans le pays
La police de New York a annoncé lundi qu'elle renforçait ses mesures de sécurité, moins d'une heure après les deux explosions. "Nous renforcons la sécurité devant les hôtels et autres lieux connus dans la ville (...) en attendant d'en savoir plus sur ces explosions" a déclaré le porte-parole de la police Paul Browne dans un communiqué.

Plein écran
© getty
Plein écran
© reuters
Plein écran
© reuters

Le président Barack Obama, immédiatement informé, a ordonné que toutes les mesures nécessaires soient prises pour enquêter et faire face aux conséquences de ces explosions, a affirmé un responsable américain précisant qu'il était en contact avec les autorités sur place.

Le Sénat à Washington a observé dans la soirée une minute de silence en solidarité avec les victimes. Le gouverneur du Massachusetts a appelé la population à rester chez elle et lui a demandé de faire part aux autorités de toute information qui pourrait être utile à l'enquête.

Les mesures de sécurité ont été renforcées dans plusieurs villes américaines en certains endroits stratégiques. La Pennsylvania Avenue, qui relie la Maison Blanche au Capitole des Etats-Unis, est ainsi interdite aux piétons.

Le contrôle est également renforcé dans les aéroports du pays. Des restrictions de vols au-dessus de Boston ont été décidées par l'agence fédérale de l'aviation américaine (FAA) et des avions ont été gardés au sol.

Plein écran
Ban Ki-Moon © getty

Le monde en état de choc
Le Secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a condamné les attaques. Le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen, et le Premier ministre britannique David Cameron se sont quant à eux dits choqués.

De son côté, le ministre français de l'Intérieur, Manuel Valls, a demandé aux préfets et forces de sécurité de "renforcer sans délai la présence des patrouilles" en France. Le ministère appelle l'ensemble des citoyens faire preuve de vigilance quant à la présence éventuelle de colis suspects ou de bagages abandonnés, sans céder à l'esprit de panique.

Le président François Hollande a exprimé dans la nuit la "totale solidarité de la France aux autorités et au peuple américains". Dans un communiqué rendu public par ses services à minuit et demi, le chef de l'Etat "exprime sa très vive émotion après les explosions qui viennent de frapper la ville de Boston et dont un bilan encore provisoire fait état de plusieurs victimes et de nombreux blessés". "Dans ces circonstances tragiques, le chef de l'Etat présente ses condoléances aux familles des victimes et exprime la totale solidarité de la France aux autorités et au peuple américains", conclut le texte rendu public par l'Elysée.

Plein écran
© epa
Plein écran
© getty

Le plus vieux marathon du monde
Le marathon de Boston le plus vieux du monde, organisé dans la capitale du Massachusetts depuis 1897. Il est habituellement couru le troisième lundi d'avril, et ce lundi était férié dans la ville. En 2012, 21.554 coureurs étaient arrivés au bout des 42,195 km de course.

Les images impressionnantes des explosions ont rapidement éveillé la crainte d'événements similaires au marathon de Londres. "Nous n'annulerons pas, nous sommes en train de réexaminer ce que nous allons faire", a indiqué le directeur exécutif du marathon de Londres Nick Bitel à la BBC Radio 5 Live.

"On regarde ce qui s'est passé, s'il y a des décisions à prendre pour augmenter la sécurité et toutes sortes de mesures que l'on pourrait déployer."

"Nous courons à travers la ville, quelle que soit la nature de l'événement, un marathon, une parade, son degré de sécurité est lié à la ville elle-même, si ce n'est pas organisé dans un stade vous ne pouvez pas boucler le périmètre comme vous pourriez le faire dans un bâtiment", a-t-il ajouté.

Des milliers de personnes, dont certains des meilleurs athlètes internationaux, courent le marathon de Londres chaque année et, à six jours de l'événement, les spéculations allaient bon train sur son éventuelle annulation pour des raisons de sécurité.