Plein écran
© belga

"Faire du piétonnier une zone de rencontre limitée à 20 km/h"

Les associations Cyclistes Quotidiens (GRACQ) et Fietsersbond ont tenu à réagir vendredi après que la police a annoncé qu'elle verbaliserait désormais les cyclistes circulant à des vitesses excédant 6km/h sur le piétonnier. Elles dénoncent "une nette dégradation des conditions de circulation". "En lieu et place du piétonnier, nous proposons une zone de rencontre. Les piétons pourraient y côtoyer les cyclistes et la vitesse y serait limitée à 20km/h", explique la secrétaire générale du GRACQ, Aurélie Willems.

Avec l'instauration du piétonnier, les cyclistes ont perdu une liaison nord-sud directe, plate et rapide sans qu'aucune alternative satisfaisante ne leur soit proposée, dénoncent les associations cyclistes. Le nouveau plan de circulation renvoie le cycliste qui souhaite se déplacer plus rapidement qu'un piéton sur la boucle de desserte (rue de Laeken - rue Van Artevelde), au milieu d'un trafic automobile dense, poursuit le communiqué.

"On a repoussé les cyclistes avec les automobilistes. Il faut une alternative simple et sure. La situation actuelle n'est pas attrayante, alors que le but du piétonnier était d'encourager le public à opter pour un mode de déplacement alternatif", pointe Mme Willems.

La zone de rencontre serait un espace partagé qui serait plus souple que l'espace piéton, en matière de réglementation, poursuit Mme Willems.

"Il n'est pas question de remettre en cause la sécurité du piéton, souligne Aurélie Willems. Dans une zone de rencontre, tout comme dans une zone piétonne, le piéton est prioritaire et peut circuler sur toute la largeur de la voie publique. Les conducteurs, cyclistes y compris, doivent donc adapter leur allure et s'arrêter si nécessaire. L'avantage d'une zone de rencontre est qu'elle permettrait au cycliste de se déplacer plus rapidement en l'absence de piétons."

Les deux associations demandent un tour de table avec les autorités bruxelloises. "Aucune rencontre n'est à l'agenda pour le moment, les autorités centralisent les remarques. Elles nous ont indiqué qu'une évaluation sera effectuée après la phase test du plan de circulation", conclut Aurélie Willems.